Féminisme et abolition des genres

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Jipé le Ven 3 Avr 2009 - 19:02

Calice:
Il faudrait déjà qu’ils se rendent compte qu’ils souffrent or les pervers se sentent normaux et ne souffrent pas au sens ou on l’entend ,extérieurement ils se sentent très heureux et considère que c’est la société qui leur est hostile et qui devrait changer ; leur structure identitaire est faite de telle façon qu’ils ont une carapace à toute épreuve , c’est pourquoi les pédophiles par exemple sont si difficiles à prendre en charge , ils se sentent normaux et ne voient pas pourquoi ils devraient consulter.
c'est du n'importe quoi ce que tu racontes là...
Rien que ce passage démontre que tu mélanges tout.
Il ne suffit pas de choper deux ou trois phrases à droite ou à gauche pour faire de la psychologie !
Tu parles d'homosexuels pervers, comme s'ils l'étaient tous, c'est faux!
Tu mélanges homosexualité et pédophilie, je ne vois pas le rapport ?!
Tu as sûrement la science infuse à te lire mais en réalité tu n'as rien compris.
Revois ta copie stp!!!!!
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 28370
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2020 que ma volonté soit faite...
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Bulle le Ven 3 Avr 2009 - 19:31

Calice a dit : Et les personnes qui viennent raconter leur souffrance se trompent souvent de cible , il est facile d’accuser l’entourage extérieur de tous ses maux .
Lorsqu'on vient raconter SES souffrances, on n'accuse personne Calice. Cela s'appelle venir se parler des autres sinon.
Aucun analyste qui se respecte n'acceptera une démarche accusatrice puisque cela n'aboutit à rien.
Il semblerait que ce soit le phénomène inverse qui se produise ; lorsque la souffrance liée au regard des autres a disparu, le patient homosexuel ne souffre plus, puisqu'il s'accepte tel qu'il est et assume sa sexualité.

Il faudrait déjà qu’ils se rendent compte qu’ils souffrent or les pervers se sentent normaux et ne souffrent pas au sens ou on l’entend ,extérieurement ils se sentent très heureux et considère que c’est la société qui leur est hostile et qui devrait changer ; leur structure identitaire est faite de telle façon qu’ils ont une carapace à toute épreuve , c’est pourquoi les pédophiles par exemple sont si difficiles à prendre en charge , ils se sentent normaux et ne voient pas pourquoi ils devraient consulter.
Le pervers se moque complètement de ce que la société pense.
Mais à nouveau tu mélanges le pervers non pathologique tel que tu sembles qualifier l'homosexuel avec le pervers pathologique.
Le pervers pathologique je le rappelle et tu devrais pouvoir facilement le vérifier : n'éprouve aucune souffrance, voire tire son plaisir de la souffrance des autres (cas dun pervers narcissique) c'est un prédateur.

que l’homosexualité soit considérée comme une tendance normale dans l’esprit des gens , alors qu’ il n’en n’est rien car l’homosexualité est une sexualité non aboutie.
Tu vois, encore l'anormalité des homosexuels mise en avant. C'est tenace chez toi quand même. Que les gens considèrent l'homosexualité comme ils veulent bon sang, ça ne change rien. Un peu tu le dis et de suite tu mets en exergue cette différence. Est-ce si grave de considérer que les homosexuels sont des êtres humains comme les autres ?
Et du coup ton discours n'est plus cohérent.
Je peux tout à fait comprendre que l'on s'interroge sur le l'utilité du mariage homosexuel alors qu'il y a le pacs, et que l'adoption puisse poser la question de savoir s'il ne vaut pas mieux confier un enfant abandonné à une famille classique avec une représentation parentale paternelle et maternelle.
Mais il y a tout de même des éléments à discuter sur ce point de vue avant d'hurler qu'il ne faut pas !
J'ai lu des arguments tout à fait valables pour autoriser l'adoption aux couples homosexuels.

Ils ont une sexualité non aboutie, oki ; mais parlerais-tu ainsi des autres cas de sexualité non aboutie ?
L’homosexualité chez les animaux existe quand il n’y a pas d’autre partenaire disponible ou quand il s’agit de dominer un autre.
Ce qui veut bien dire que ton cheval de bataille la sexualité non aboutie n'est pas obligatoirement un élément essentiel.
les homos ne revendiquaient ni le droit à l’adoption ni la reconnaissance à égalité avec les hétéros au niveau de la famille
Egalité entre les hétéros et les homos au niveau de la famille, ça veut dire quoi ?
Quand la famille existe déjà, par exemples deux femmes divorcées qui ont des enfants chacunes et décident de former un couple et élever les enfants, tu leur supprimes les allocations ?

_________________
Hello Invité !  Le Féminisme et abolition des genres - Page 7 Quizzj10du 01 décembre 2020 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 47922
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Invité le Ven 3 Avr 2009 - 19:52

Bulle a écrit:
Le pervers se moque complètement de ce que la société pense.
Mais à nouveau tu mélanges le pervers non pathologique tel que tu sembles qualifier l'homosexuel avec le pervers pathologique.
Le pervers pathologique je le rappelle et tu devrais pouvoir facilement le vérifier : n'éprouve aucune souffrance, voire tire son plaisir de la souffrance des autres (cas dun pervers narcissique) c'est un prédateur.

Oui, je confirme. Le mot "pervers" a été utilisé, c'est vrai, dans le sens employé par Calice, notemment par Freud qui parle de l'enfant comme "pervers polymorphe", mais dans la psychologie / psychiatrie moderne, quand on parle avec un psychothérapeute, le pervers, c'est le psychopathe qu'on oppose d'ailleurs au psychotique. Le psychotique est incapable d'établir une relation à l'autre ; le psychopathe, lui établit une relation d'objet avec l'autre : la relation perverse, c'est utiliser l'autre pour sa satisfaction personnelle -pas forcément sexuelle d'ailleurs. Le pervers est manipulateur pour utiliser l'autre.Ca peut être dans une relation de couple hétéro ou homo, peu importe, de patron à employé, de parent à enfant (ou l'inverse), ça n'a rien à voir avec l'homosexualité.

que l’homosexualité soit considérée comme une tendance normale dans l’esprit des gens , alors qu’ il n’en n’est rien car l’homosexualité est une sexualité non aboutie.

Peuh... encore la confusion entre sexualité et instinct de reproduction ... Allez voir les articles sur le singes Bonobo (mais y a pas qu'eux, chez d'autres espèces de primates on voit un peu de tout, très instructif mais pas très catholique). Il y a des femmes hétéros qui ont choisi de ne pas avoir d'enfant -j'ai vu un reportage là-dessus.... elles ont bien une vie sexuelle, quand même.

Mais pourquoi diable parlez-vous encore d'homosexualité ? Il y a déjà eu plein de discussions là-dessus. C'est marrant, ça. Tibouc lance un fil pour parler de féminisme, c'est le sexe, le sexe, encore le sexe... homosexuel de préférence... Vous en avez pas marre ? :rj:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Calice le Ven 3 Avr 2009 - 22:39

Bulle a écrit:
lorsque la souffrance liée au regard des autres a disparu, le patient homosexuel ne souffre plus, puisqu'il s'accepte tel qu'il est et assume sa sexualité. .

Il y a une souffrance identitaire qui n'est pas lié au regard des autres , tout comme le névrosé souffre , sa souffrance n'est pas lié au regard des autres ,

Bulle a écrit:
Mais à nouveau tu mélanges le pervers non pathologique tel que tu sembles qualifier l'homosexuel avec le pervers pathologique. .

Les perversions ne se divisent pas en pathologique ou non pathologique , la perversion implique toujours une pathologie du lien , le pervers ne veut pas reconaitre le risque de la différence (négation de la différence de l'autre) , par contre il y a des perversion légalement réprouvée et d'autres non :les pratiques sado masochistes , le travestisme , l'homosexualité , le fétichisme par exemple sont légales alors que la nécrophilie , l'exhibitionisme , le voyeurisme (pratiqués à l'insu des gens) sont des pratiques illégales,

Les perversions peuvent donc être placées en 2 groupes :légales ou illégales .


Bulle a écrit:
Ils ont une sexualité non aboutie, oki ; mais parlerais-tu ainsi des autres cas de sexualité non aboutie ? .

Le problème n'est pas là chacun est bien libre de faire ce qu'il veut mais la question est de respecter l'odre naturel des choses dans la vision collective :il y a différence entre le féminin et le masculin , cela est un fait observable et c'est le yin et le yang qui sont créateurs,Une sociétée qui ne reconnaît pas la différence du masculin et du féminin est une sociétée dégénérée qui vit dans le faux ,
Bulle a écrit:
Ce qui veut bien dire que ton cheval de bataille la sexualité non aboutie n'est pas obligatoirement un élément essentiel. .

Ce qui ne veut pas dire ca du tout , les pulsions animales ne sont pas comprables à la sexualité humaine , les humains ne sont pas des animaux et leur sexualité ne peut pas être comparées ,Encore un effet de la dégénesrence que de comparer les hommes aux animaux , les comparer c'est les ravaler , non que les animaux ne soient pas digne d'amour et de respect mais l'homme a un potentiel beaucoup plus important , sa nature est différente .

Bulle a écrit:
Egalité entre les hétéros et les homos au niveau de la famille, ça veut dire quoi ?
Quand la famille existe déjà, par exemples deux femmes divorcées qui ont des enfants chacunes et décident de former un couple et élever les enfants, tu leur supprimes les allocations ? .

Il est important que les enfants sachent que l'homosexualité n'est pas équivalente à l'hétérosexualité et un choix comme un autre ,le couple homosexuel est contre nature et même si les droits sociaux sont les même il est primordial que les enfants , fassent la différence,De nombreux homos voudraient aller dans les écoles expliquer aux enfants que l'homosexualité est normale ,mais les enfants naturellement , même si on n'a jamais abordé le sujet avec eux trouvent normal qu'un chien aille avec une chienne, un chat avec une chatte etc L'hétérosexualité est un phénomène naturel.

Calice
Maître du Temps

Féminin Nombre de messages : 529
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : spirituelle
Humeur : Harmonieuse
Date d'inscription : 11/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Calice le Ven 3 Avr 2009 - 22:44

Jipé a écrit:
Rien que ce passage démontre que tu mélanges tout.!

au contraire , tout cela est très clair il suffit d'étudier et non d'avoir des idées toutes faites
Jipé a écrit:
Tu mélanges homosexualité et pédophilie, je ne vois pas le rapport ?!

ils sont tous les 2 classés comme perversions dans les manuels de psychopathologie , la perversion au sens médical du terme et non moral , la différence est que certaines perversions sont légales et d'autres illégales .c'est plutôt à toi de revoir ta copie!

Calice
Maître du Temps

Féminin Nombre de messages : 529
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : spirituelle
Humeur : Harmonieuse
Date d'inscription : 11/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Tibouc le Ven 3 Avr 2009 - 22:46

Il est important que les enfants sachent que l'homosexualité n'est pas équivalente à l'hétérosexualité et un choix comme un autre ,le couple homosexuel est contre nature et même si les droits sociaux sont les même il est primordial que les enfants , fassent la différence,De nombreux homos voudraient aller dans les écoles expliquer aux enfants que l'homosexualité est normale ,mais les enfants naturellement , même si on n'a jamais abordé le sujet avec eux trouvent normal qu'un chien aille avec une chienne, un chat avec une chatte etc L'hétérosexualité est un phénomène naturel.

Pourquoi l'homosexualité est contre-nature ??? (je te rappelle mais si bulle l'a déja fait qu'il y a des animaux homosexuels).
Parce qu'elle ne permet pas la reproduction, l'homosexualité est contre-nature ? c'est ça?
Et alors ? Sexualité et reproduction sont deux choses différentes

Le problème n'est pas là chacun est bien libre de faire ce qu'il veut mais la question est de respecter l'odre naturel des choses dans la vision collective :il y a différence entre le féminin et le masculin , cela est un fait observable et c'est le yin et le yang qui sont créateurs,Une sociétée qui ne reconnaît pas la différence du masculin et du féminin est une sociétée dégénérée qui vit dans le faux ,
Par pitié, arretez à la fin de confondre masculin et féminin avec homme et femme. Ce n'est pas la meme chose !
Tout être humain contient en lui du yin et du yang
Tibouc
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par ElBilqîs le Ven 3 Avr 2009 - 23:37

Tout être humain contient en lui du yin et du yang
oh! Tibouc! qui doute de ça?
mais le fait d'avoir pour m'exprimer en termes yogique, un côté lunaire et un côté solaire, ne change rien au fait que nous soyons homme ou femme, et que le genre de l'homme est masculin, celui de la femme, féminin.
même dans l'homosexualité, qu'elle soit ou non reconnue comme "dégénérée" ou "au top de la mode" ou tout simplement "une alternative à l'hétérosexualité"
ce n'est pas parce qu'enfant, on me disait "garçon manqué" parce que je grimpais aux arbres et adorais prouver ma "force" aux garçons, que je ne suis pas une femme "jusqu'au bout des doigts"
je n'arrive pas à comprendre ce désir si fort de nier nos différences!
bien sûr que nous restons des humains !
au fait, j'adore les betteraves, et je n'aime pas les frites (enfin, c'est loin d'être ce que je préfère!), :ptdr: :ptdr:
et je vis très bien mes différences!
ElBilqîs
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Leleu le Sam 4 Avr 2009 - 1:31

Je crois qu’il y a deux types d’homosexualités. Une homosexualité de nature, une affaire d’hormones et une homosexualité que je qualifierais de mental. C’est cette dernière qui s’apparenterait à une déviance. Je parle plus d’homosexualité masculine, la féminine est un peu différente. Parlant d’homosexualité masculine, c’est la sodomie que j’évoque. Cette sexualité de prison se généralise hors du contexte d’une prétendue homosexualité pour devenir un acte sexuel ordinaire, banalisé voir quasi exclusif. C’est les filles, les femmes qui en parlent, quand elles osent en parler, accusant nombres de garçons, d’hommes de ne vouloir que çà, avec la fellation. Deux actes sexuels n’impliquant pas le sexe féminin ! Le non intérêt pour la femme est-il homosexuel ou bien l’homosexualité est-elle l’alibi à un certain refus de la femme ? Ce refus, ou ce non-intérêt, ou plus tôt cet intérêt violent, sans fusion avec l’autre, est une sexualité de soulagement égoïste. La bisexualité, l’homosexualité, loin d’être une sexualité « libérée » reproduit en l’aggravant les comportements hétérosexuels non partagés ordinaires. A avoir tant misé sur le sexe que le sexe est devenu décevant, la masturbation anale est un acte désespéré comme l’alcool ou la drogue et c’est là que je parle de mentalisation. La sexualité est un moyen (et pas seulement celui de la procréation) pas une fin. La polarité homme/femme est bien évidemment la condition optimale de l’union énergisante des êtres par échange d’anima et d’animus.
Leleu
Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1538
Localisation : Jura
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : sociable
Date d'inscription : 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Jipé le Sam 4 Avr 2009 - 7:55

Calice:
Jipé a écrit:
Tu mélanges homosexualité et pédophilie, je ne vois pas le rapport ?!
ils sont tous les 2 classés comme perversions dans les manuels de psychopathologie , la perversion au sens médical du terme et non moral , la différence est que certaines perversions sont légales et d'autres illégales .c'est plutôt à toi de revoir ta copie!
Tu peux donner les sources de tes manuels psy, savoir au moins s'ils ne datent pas du 19eme siècle.
Quant à la perversion pathologique, tu généralises en fonction de tes à priori mais tu ne démontres rien.


Dernière édition par Jipé le Sam 4 Avr 2009 - 9:06, édité 1 fois
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 28370
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2020 que ma volonté soit faite...
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Bulle le Sam 4 Avr 2009 - 8:46

Calice a dit : Il y a une souffrance identitaire qui n'est pas lié au regard des autres , tout comme le névrosé souffre , sa souffrance n'est pas lié au regard des autres

Mais comment peux-tu faire des affirmations aussi catégoriques !
D’une part, en matière de souffrance identitaire, et puisque par définition l’individuation se construit par les va et vient entre de l’altérité et similitude, il y a de facto une source dans l’image de soi renvoyée par les autres. Que tu le veuilles ou non. Il suffit d'un minimum de bon sens pour le comprendre.
Je te rappelle que l’on parle des homosexuels : ils n’ont pas plus que les hétérosexuels de problèmes de comportement social et peuvent être parfaitement équilibré dans leur vie quotidienne une fois qu’ils ont réussi à accepter leur propre différence sexuelle qui est une différence par rapport à la norme donc aux autres oui ou non ?
Les perversions peuvent donc être placées en 2 groupes :légales ou illégales .
Mais c’est bien ce que je dis, Calice et qui rend tes raisonnements précédents tout à fait contradictoires. L’homosexualité n’est pas interdite et les homosexuels sont des êtres humains comme les autres ; donc si leurs revendications ne nuisent aucunement à la vie sociale ni à la santé, leurs revendications méritent parfaitement d’être entendues.
Souviens-toi, nous sommes en démocratie. Tu as le droit de t'exprimer et de dire que cela ne te convient pas mais eux aussi. :sri:
Donc d'un côté comment peux-tu dire que les homosexuels sont respectables et des citoyens normaux et dire que tu ne veux pas que « l’homosexualité soit considérée comme une tendance normale dans l’esprit des gens » si rien ne porte préjudice à qui que ce soit.

Cela ne peut être, contrairement à ce que tu prétends par ailleurs, qu'un jugement moral. Pourquoi ne pas l'admettre ?
En tous les cas du point de vue scientifique, tes arguments ne tiennent clairement pas la route...

Merci pour ton intervention Leleu. Elle rejoint la question de départ que je posais à Calice : à savoir pourquoi interdire (ou rejeter, ou soumettre à la vindicte publique) un couple d'homosexuel qui s'aiment d'avoir la sexualité qui leur convient.
Ce à quoi elle répond si je résume bien, qu'elle n'interdit rien, mais elle ne veut juste pas que...

_________________
Hello Invité !  Le Féminisme et abolition des genres - Page 7 Quizzj10du 01 décembre 2020 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 47922
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Dragoon le Sam 4 Avr 2009 - 8:58

Dans l'abolition des genres : La console de jeu Wii qui se décline au féminin...
Preuve est que les genres Féminin et Masculin n'ont rien à voir !!! Il a fallu concevoir une console spécifique exprès pour "elle"

Dragoon
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 304
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Invité le Sam 4 Avr 2009 - 9:25

Bonjour,

Calice,

Il y a des remarques de simple bon sens à faire, à propos de ton affirmation comme quoi comparer l'homme aux animaux c'est le ravaler, la sexualité des animaux n'ayant rien à voir à celle des hommes, alors que juste après, tu dis que l'homosexualité est "contre-nature". Et une autre remarque par rapport à l'article sur la sexualité des primates les plus évolués que tu n'as pas dû lire à mon avis :

1° Si l'homme est en effet si différent des animaux, au point de rejeter toutes comparaisons comportementales, alors, tu ne peux pas logiquement prendre l'argument "contre-nature"....La nature te montre des animaux pratiquant des actes homosexuels, donc s'il te plaît ne revendique pas la "nature" pour justifier tes opinions tout en disant que ce que montre la nature n'a rien à voir avec la sexualité humaine.

2° Comme tu n'as pas lu l'article (ou tu ne l'as lu que très superficiellement), tu n'as pas remarqué que dans cette étude, il est constaté que ce sont justement les animaux les plus proches de l'Homo Sapiens du point de vie génétique et développement cérébral qui pratiquent l'homosexualité et ont en général une sexualité relationnelle en dehors des périodes de reproduction.

Enfin, comme le fait Jipé, j'aimerais que tu donnes les sources de tes bouquins de psychologie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Dragoon le Sam 4 Avr 2009 - 9:57

Calice a écrit:Avoir des tendances homosexuelles n'a jamais été un choix comme tu à l'air de l'affirmer.
Les gens ne sont pas responsables de leur identité sexuelle , ils ne peuvent que constater qu'ils sont attirés par tel type de personne.
Ce n'est pas un choix.
Je n'aime pas les mecs, je n'éprouve pas d'affinités avec les mecs, je n'aime pas le foot, je n'aime pas les motos, je n'aime pas les trucs de mecs... Au trvail je peux être en accord ou non avce des mecs, pareillement avec les femmes... je trouve mêm les femmes souvent plus faux-culs que les mecs.
Mais les mecs sont plus généralement dans la vie plus courante plus vulgaires, le langage plus cru (ce qui ne signifie pas plus honete).
Pour shématiser, les mecs me révulsent (et souvent dans leurs comportement me font honte ou me gènent), rien que dans leur façon d'être. Alors pour ce qui est de partager une relation avec un mec, je n'y pense même pas. Mais un mec qui se sent sur la même longueur d'onde qu'un autre, qu'est ce qui l'empeche d'avoir des tendances homo?
Il en va de même pour les femmes...


Dernière édition par Dragoon le Sam 4 Avr 2009 - 10:29, édité 1 fois

Dragoon
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 304
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Invité le Sam 4 Avr 2009 - 10:09

Il me semble que tu poses le seul vrai "problème" à propos de l'homosexualité, Calice.

Calice a écrit: Non faire passer leur singularité comme normale c’est exiger de la
société qu’elle reconnaisse le mariage homo équivalent au mariage
hétéro pour l’adoption des enfants par exemple , que les couples homos
soient à égalité avec les hétéros , que l’homosexualité soit considérée
comme une tendance normale dans l’esprit des gens , alors qu’ il n’en
n’est rien car l’homosexualité est une sexualité non aboutie.

Il
y a une différence entre laisser les gens libre de vivre leur penchants
et considérer que ses penchants soient équivalents à l’hétérosexualité .
Et
c’est ce qui existait dans la Grèce antique :l’homosexualité était
tolérée mais l’hétérosexualité restait la norme pour le mariage et les
enfants , la famille reposait sur le mariage hétéro , les homos ne
revendiquaient ni le droit à l’adoption ni la reconnaissance à égalité
avec les hétéros au niveau de la famille

J'avoue, personnellement, que le mariage homosexuel avec possibilité d'adopter des enfants pour fonder une cellule familiale me gêne un peu. Là encore, il me semble qu'on mélange "sexualité" et "reproduction".

Je parlais dans un autre posts de femmes hétérosexuelles qui ne voulaient pas avoir d'enfants.

A l'inverse, nous voyons des personnes homosexuelles qui revendiquent le droit d'avoir des enfants et de fonder une famille. Cela paraît tout à fait légitime, si l'on sépare bien "orientation sexuelle" et "envie / de se perpétuer par les enfants". Au niveau individuel, on a déjà vu des lesbiennes se "débrouiller" pour avoir un enfant et l'élever à deux... Dans ce cas, il faut dire que les femmes on un avantage : au moins une des deux se "perpétue" au sens biologique. Ce besoin de se prolonger, ce "désir d'enfant" est lui aussi "naturel". D'ailleurs, les couples stériles ne se résolvent souvent à l'adoption qu'après avoir épuisé tous les traitements pour avoir un enfant biologiquement lié à eux. On peut dire ce qu'on voudra, mais la filiation biologique a tout de même un sens : l'enfant va si "situer", ne serait-ce que parce qu'on lui dira : "tu as les yeux de ta grand-mère", ou "Tu as aussi mauvais caractère que ta mère". Les enfants adoptés peuvent vivre très bien l'adoption, mais il y a tout de même un "vide identitaire" qui fait que beaucoup veulent connaître leurs parents biologiques.

Quand on veut plaquer le modèle familial basé sur l' hétérosexualité sur le couple homosexuel, à mon sens, ça pose tout de même des questions : d'abord, cette histoire de filiation biologique ; ensuite les motivations du couple : que veulent-ils exactement ? Faire comme la famille "normale", c'est-à-dire se conformer à un modèle social tout en étant différents ? Ont-ils un désir d'enfant au sens "désir de perpétuer, sinon leur "gênes", du moins leurs valeurs ? Veulent-ils avoir la possibilité de pouponner, choyer, gâter, éduquer, avoir pour leurs vieux jours quelqu'un qui leur donne cette affection filiale ?

Pourquoi pas... Mais ça pose tout de même une question.... Et l'enfant dans tout ça ? Sa place ? Son identité ?Sa construction psychologique ?

Ma conclusion (pour le moment, à moins qu'on me démontre le contraire...) c'est que finalement, cette question de "normalisation" (attention, j'ai pas dit "normalité") d'un possible modèle parental homosexuel est au centre de la discussion lancée par Tibouc. A supposer qu'on abolisse les genres, pas de problèmes : tous les modèles parentaux sont égaux papa-maman / maman-maman / papa-papa (mais c'est quand même mieux s'il y a filiation biologique pour l'enfant). Si par contre on pose "masculin / féminin" différents mais complémentaries avec séparation des rôles dans le couple, là, je pense qu'on ne peut pas faire entrer le couple homosexuel dans le moule "famille = unité de reproduction de la culture ambiante"....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Calice le Sam 4 Avr 2009 - 13:16

bonjour à tous ,
je dois m'absenter une semaine je vais donc répondre rapidement.

Siva :les animaux et les hommes n'ont pas la même nature et donc impossible de comparer les 2 , ce qui convient à la nature de l'animal ne convient pas à la nature de l'homme.L'homme a un esprit et l'animal en est dépourvu l'animal n'a qu'un corps et une âme.

La sexualité en effet ne sert pas qu'à la reproduction mais elle est un moyen d'accomplissement et de progression et c'est pour cela qu'elle est en quelque sorte "sacrée" (et c'est ce qui a été oublié dans nos sociétés dégénérées) .La sexualité est un moyen de réalisation de l'être (et l'animal n'apas accès à cette réalisation donc peu importe sa sexualité) à condition qu'elle soit vécue selon les règles naturelles:les énergies de l'homme et de la femme peuvent se mélanger et c en'est possible que dans les rapports hétéro , tous les autres rapports sont stériles (et pas seulement pour la reproduction) .Seule la sexualité hétéro est créatrice et conduit à l'épanouissement .
Donc faire croire aux gens qu'homo ou hétéro c'est pareil est un mensonge et une abération , la norme pour s'épanouir est l'hétérosexualité .

Gommer la différence des sexes c'est réduire l'homme à l'état d'un robot ou d'un animal capable seulement de "jouir "petitement (au niveau du corps) et de lui barrer l'accès à la jouissance suprême (au niveau d el'esprit) qui lui permettra de s'épanouir et d'être plus conscient .Des lobbyes sont en route pour cela , pour que la société devienne encore plus dégénérée et de faire des gens des robots plus facile à tondre (notamment en niant la différence des sexes).Alors si c'est de cette société la dont vus avez envie allez-y mais vous aurez été prévenu .....

Calice
Maître du Temps

Féminin Nombre de messages : 529
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : spirituelle
Humeur : Harmonieuse
Date d'inscription : 11/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Bulle le Sam 4 Avr 2009 - 13:32

Calice a écrit:les énergies de l'homme et de la femme peuvent se mélanger et c en'est possible que dans les rapports hétéro
Mais la sodomie existe dans les rapports hétéro ? Donc quelle différence entre sodomiser un partenaire et sodomiser une partenaire ?
tous les autres rapports sont stériles (et pas seulement pour la reproduction)
Qu'entends-tu par stérile si tu ne parle pas de reproduction ?
Seule la sexualité hétéro est créatrice et conduit à l'épanouissement .
Donc faire croire aux gens qu'homo ou hétéro c'est pareil est un mensonge et une abération , la norme pour s'épanouir est l'hétérosexualité .
Encore une donnée scientifique ?
Ah non, une classification peut-être. Comme les communistes, les tziganes etc...
Ce que tu ne sembles pas comprendre c'est que pareil ou pas n'est pas le problème. L'essentiel est que les gens soient heureux et épanouis dans leur vie et la sexualité fait partie intimement de la vie, du couple et de l'amour.
La différence pour toi, c'est dur à accepter visiblement...

_________________
Hello Invité !  Le Féminisme et abolition des genres - Page 7 Quizzj10du 01 décembre 2020 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 47922
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Bulle le Sam 4 Avr 2009 - 14:08

Siva a dit : A supposer qu'on abolisse les genres, pas de problèmes : tous les modèles parentaux sont égaux papa-maman / maman-maman / papa-papa (mais c'est quand même mieux s'il y a filiation biologique pour l'enfant). Si par contre on pose "masculin / féminin" différents mais complémentaries avec séparation des rôles dans le couple, là, je pense qu'on ne peut pas faire entrer le couple homosexuel dans le moule "famille = unité de reproduction de la culture ambiante"....
J'ai tout à fait la même réaction que toi. De mon point de vue, par instinct, ou construction (ou les deux) le meilleur modèle est : un père et une mère.
Mais il semblerait que des parents biologiques qui divorcent parce qu'ils/elles se sont rendu compte que leur vie n'est pas tenable en refoulant leur véritable sexualité, élèvent leurs enfant dans leur nouveau couple homosexuel sans rencontrer de difficultés particulières.
Et cela s'expliquerait par les substituts de père ou de mère (grands parents, profs etc...)qui permettent néanmoins la bonne construction identitaire de l'enfant.
Donc sans même parler d'abolition des genres, le problème des enfants chez les couples homosexuels existe déjà et au bout du compte n'en serait pas un...

_________________
Hello Invité !  Le Féminisme et abolition des genres - Page 7 Quizzj10du 01 décembre 2020 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 47922
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Invité le Sam 4 Avr 2009 - 14:15

Bulle a écrit:
Mais la sodomie existe dans les rapports hétéro ? Donc quelle différence entre sodomiser un partenaire et sodomiser une partenaire ?

La sodomie entre partenaires hétéro, c'est tout de même un peu particulier. J'ai remarqué, fréquentant beaucoup de jeunes à titre professionnel, et écoutant un peu ici ou là, que c'est tout de même :

1° Un effet de mode (comme dirait un certain prof d'histoire que je connais) ; par exemple, il n'est pas rare d'entendre des jeunes gens s'interpeller ainsi dans une classe : "Dis, Marcel, est-ce que t'encules ta copine ?", ou même en poussant leur caddie au supermarché "Dis, Bernard, t'as essayé d'enculer ta copine ?"... remarquez le terme utilisé : "enculer", qui n'est pas "neutre"
2° Une demande masculine plutôt que féminine, ce que je comprends bien en tant que femme (ouille !), mais qui révèle chez l'homme une certaine ambivalence... peut-être homosexualité latente, peut-être le fait quelque part d'opérer un acte sexuel plus agressif que l'acte par la grande porte ouvert ????
3° Il me semble que dans une relation vraiment "saine", le garçon ne va pas demander à sa partenaire d'entrer par la porte de derrière, ou alors une fois juste à titre d'expérience, ou pour avoir une jouissance personnelle plus intense parce que c'est plus étroit.
4° Ce n'est pas une condamnation morale de la sodomie que je fais.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Jipé le Sam 4 Avr 2009 - 14:20

Calice:
Seule la sexualité hétéro est créatrice et conduit à l'épanouissement .
Donc faire croire aux gens qu'homo ou hétéro c'est pareil est un mensonge et une abération , la norme pour s'épanouir est l'hétérosexualité .
Qu'en sais-tu ? Faut peut-être goûter du fruit avant de dire qu'il n'est pas bon ! rire
Des lobbyes sont en route pour cela , pour que la société devienne encore plus dégénérée et de faire des gens des robots plus facile à tondre (notamment en niant la différence des sexes).Alors si c'est de cette société la dont vus avez envie allez-y mais vous aurez été prévenu .....
Quels lobbies ? Qui vises-tu en sommes...
Merci de nous prévenir... que pourrions-nous devenir sans toi rire
Tu n'as toujours pas donné tes sources...mais peut-être qu'avec une bonne semaine d'absence tu auras le temps de les retrouver.
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 28370
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2020 que ma volonté soit faite...
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Dragoon le Sam 4 Avr 2009 - 14:26

Siva a écrit:
Bulle a écrit:
Mais la sodomie existe dans les rapports hétéro ? Donc quelle différence entre sodomiser un partenaire et sodomiser une partenaire ?
La sodomie entre partenaires hétéro, c'est tout de même un peu particulier. J'ai remarqué, fréquentant beaucoup de jeunes à titre professionnel, et écoutant un peu ici ou là, que c'est tout de même :
Siva a écrit:1° Un effet de mode (comme dirait un certain prof d'histoire que je connais) ; par exemple, il n'est pas rare d'entendre des jeunes gens s'interpeller ainsi dans une classe : "Dis, Marcel, est-ce que t'encules ta copine ?", ou même en poussant leur caddie au supermarché "Dis, Bernard, t'as essayé d'enculer ta copine ?"... remarquez le terme utilisé : "enculer", qui n'est pas "neutre"
Effet de mode: Surement...
Siva a écrit:2° Une demande masculine plutôt que féminine, ce que je comprends bien en tant que femme (ouille !), mais qui révèle chez l'homme une certaine ambivalence... peut-être homosexualité latente, peut-être le fait quelque part d'opérer un acte sexuel plus agressif que l'acte par la grande porte ouvert ????
Vraiment pas fait souvent... mais c'est "elle" qui avait demandé...
Aggréssif: elle me voulait aggressif, mais c'est pas mon truc... j'ai fini de l'autre coté.
Siva a écrit:3° Il me semble que dans une relation vraiment "saine", le garçon ne va pas demander à sa partenaire d'entrer par la porte de derrière, ou alors une fois juste à titre d'expérience, ou pour avoir une jouissance personnelle plus intense parce que c'est plus étroit.
Je suppose :
- Elle devait aimer sentir que ça frotte, le coté relation étroite.
- Elle aimait peut être aussi que mon corps la couvre totalement comme une converture...
Bref, je ne sais pas réellement, ce ne sont que des suppositions.
Siva a écrit:4° Ce n'est pas une condamnation morale de la sodomie que je fais.
Je suppose que certains ou certaines apprécie, j'espere que les 2 partenaires apprécie dans ce cas.

Dragoon
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 304
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Invité le Sam 4 Avr 2009 - 14:27

Bulle a écrit:
J'ai tout à fait la même réaction que toi. De mon point de vue, par instinct, ou construction (ou les deux) le meilleur modèle est : un père et une mère.
Mais il semblerait que des parents biologiques qui divorcent parce qu'ils/elles se sont rendu compte que leur vie n'est pas tenable en refoulant leur véritable sexualité, élèvent leurs enfant dans leur nouveau couple homosexuel sans rencontrer de difficultés particulières.
Et cela s'expliquerait par les substituts de père ou de mère (grands parents, profs etc...)qui permettent néanmoins la bonne construction identitaire de l'enfant.
Donc sans même parler d'abolition des genres, le problème des enfants chez les couples homosexuels existe déjà et au bout du compte n'en serait pas un...

Il y a des choses à dire : d'abord, la construction par les grands-parents, dans notre modèle de société éclaté où les grands-parents sont souvent loin ou mis à l'écart. Les profs : non. Un jeune enfant, d'abord, fréquentera surtout des "maîtresses", et ce n'est pas le rôle d'un prof d'être un substitut parental (on leur colle assez de rôle comme ça, ça suffit.).

Je peux te dire que les enfants de couples homosexuels ont des problèmes, comme tout enfant qui ne se sent pas "comme les autres", ce qui est très important à ces âges. te dirais-je que, le simple fait d'être de "père inconnu" me posait problème quand j'étais à l'école ? J'étais gênée quand je devais remplir la case "profession du père" et je me cachais pour remplir la fiche. Je connais le cas d'une petite fille qui vivait en famille avec sa maman homo et son autre maman homo : vers 7 ans, elle en avait, des problèmes, des moqueries, au point qu'elle n'osait pas inviter de copines à goûter, qu'elle était rejetée par les autres enfants dans la cour d'école, et qu'elle s'est même inventé un substitut de père en la personne d'un ami d'une de ses mamans : elle faisait croire qu'il était son père, et que pour son "papa", une maman ne suffisait pas.... C'était quand même plus glorieux d'avoir un papa polygame que deux mamans homosexuelles. Tu vois un peu les complications ? L'image du père, ce n'est pas rien, non ? peut-on le "gommer", comme ça ? Et pareil pour l'image de la mère : on ne peut pas non plus l'évacuer parce que ça ne nous convient pas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Bulle le Sam 4 Avr 2009 - 14:30

Oki Siva, mais je posais à Calice la question de la sodomie suite à son affirmation :
les énergies de l'homme et de la femme peuvent se mélanger et c en'est possible que dans les rapports hétéro
En cas de sodomie dans les rapports hétéro les énergies de l'homme et de la femme qu'en est-il de ce fameux mélange.
Pour la sodomie effet de mode, il me semble que la sodomie a toujours été pratiquée et d'ailleurs dans les générations précédentes la sodomie était une contraception permettant de remplir le devoir conjugal (notion très religieuse)...

Et la fellation comme mélange des énergies, d'après vous ça donne quoi ? lol!

_________________
Hello Invité !  Le Féminisme et abolition des genres - Page 7 Quizzj10du 01 décembre 2020 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 47922
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Bulle le Sam 4 Avr 2009 - 14:36

Sur ce que tu dis pour la situation de l'enfant de couples homosexuels, j'ai eu les mêmes remarques que toi.
Il m'a été répondu que ces difficultés ne sont pas spécifiques au fait de l'homosexualité.
Pour les profs subsituts : il n'est rien demandé, cela se passe tout seul chez l'enfant qui trouve l'image du père ou de la mère.

_________________
Hello Invité !  Le Féminisme et abolition des genres - Page 7 Quizzj10du 01 décembre 2020 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 47922
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Tibouc le Sam 4 Avr 2009 - 14:40

Je peux te dire que les enfants de couples homosexuels ont des problèmes, comme tout enfant qui ne se sent pas "comme les autres", ce qui est très important à ces âges. te dirais-je que, le simple fait d'être de "père inconnu" me posait problème quand j'étais à l'école ? J'étais gênée quand je devais remplir la case "profession du père" et je me cachais pour remplir la fiche. Je connais le cas d'une petite fille qui vivait en famille avec sa maman homo et son autre maman homo : vers 7 ans, elle en avait, des problèmes, des moqueries, au point qu'elle n'osait pas inviter de copines à goûter, qu'elle était rejetée par les autres enfants dans la cour d'école, et qu'elle s'est même inventé un substitut de père en la personne d'un ami d'une de ses mamans : elle faisait croire qu'il était son père, et que pour son "papa", une maman ne suffisait pas.... C'était quand même plus glorieux d'avoir un papa polygame que deux mamans homosexuelles. Tu vois un peu les complications ? L'image du père, ce n'est pas rien, non ? peut-on le "gommer", comme ça ? Et pareil pour l'image de la mère : on ne peut pas non plus l'évacuer parce que ça ne nous convient pas.
Si ces enfants ont des problèmes, c'est surtout à cause du regard des autres enfants, des moqueries dont ils peuvent être victimes.
Donc les problèmes viennent surtout du fait que l'homosexualité est encore mal acceptée, parce que la société n'est pas assez "dégénérée" (pour reprendre le terme de Calice :ptdr: )
Tibouc
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Féminisme et abolition des genres - Page 7 Empty Re: Féminisme et abolition des genres

Message par Calice le Ven 10 Avr 2009 - 16:42

La relation sexuelle implique un échange d'énergie qui doit se faire selon certaines modalités pour un bénéfice optimum :le coït permet à l'homme et à la femme de se recharger en énergie au contraires de toutes les autres pratiques :fellation , cunni , sodo etc .(et c'est d'ailleurs pourquoi certaines personnes mal intentionnées l'utilise pour pomper de l'énergie à l'autre et le laisser dévitalisé).

Sans rentrer dans le détails la vraie jouissance sexuelle (qui n'est pas le plaisir ) mais une sensation beaucoup plus profonde de bien-être ou tout l'organisme est rechargé et ceci pour parfois très longtemps est une faculté qui s'acquiert au fil de l'âge .Il fait parfois atteindre 40 ou 50ans pour bien se connaitre et accéder à la maturité sexuelle génitale.
.Pour les hommes matures la jouissance , n'est d'ailleurs plus liée à l'éjaculation mais à la maitrise de ses énergies .Cette jouissance n'est pas ce qui est nommé orgasme et qui est limité au soulagement de la pulsion . Mais ce liant qui unit l'homme et la femme n'existe que dans la relation hétéro parce que c'est uniquement dans le coït que les organes sont régénérés et que l'homme puise son énergie dans cet échange avec la femme.


La sodomie , ni même les pratiques masturbatoires ou autres n'ont pas la même valeur que le coït au niveau de la régénération et de l'épanouissement.Les pratiques stériles sont celles qui aboutissent à une déperdition d'énergie , et qui ne sont donc pas créatives au niveau de la maturation de la personne .

Ensuite chacun est libre de pratiquer comme il veut , mais il serait juste de ne pas mettre toutes les pratiques au même niveau et de reconnaitre ce qui est .

Calice
Maître du Temps

Féminin Nombre de messages : 529
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : spirituelle
Humeur : Harmonieuse
Date d'inscription : 11/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum