Les poésies de nos maîtres

Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Ven 24 Aoû 2018 - 13:54

Le moindre soupir
Que j'exhalerais
Me viendrait ravir
Ce que j'adorais
Sur l'eau bleue et blonde
Et cieux et forêts
Et rose de l'onde.

(PAUL VALERY, Narcisse)


Les poésies de nos maîtres Images?q=tbn:ANd9GcTjW3vpgzEZKYBHVUIYhjYV6KdLJfUlBbYL9oBN52rVOwqHcq8V
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Mer 5 Sep 2018 - 19:39

Si tu t'enivres, Khayyam,
L'ivresse te soit bonheur !
Si tu étreins une femme,
Cet amour te soit bonheur !
Toute chose de ce monde
S'achève dans le néant :
Dis-toi que tu es néant,
Et vivre te soit bonheur !


(OMAR KHAYYAM)
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Dim 30 Sep 2018 - 14:38

Efforçons-nous donc par nos prières de nous élever
jusqu’à la cime de ces rayons divins et bienfaisants,
de la même façon que, si nous saisissons, pour
l’entraîner constamment vers nous de nos mains
alternées, une chaîne infiniment lumineuse qui pendrait
du haut du ciel et descendrait jusqu’à nous, nous
aurions l’impression de l’attirer vers le bas, mais en
réalité notre effort ne saurait la mouvoir, car elle serait
tout ensemble présente en haut et en bas et c’est nous
plutôt qui nous élèverions.


Denys l’Aréopagite
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Mar 2 Oct 2018 - 16:28

Puissions-nous par l’arc conquérir les vaches
et le butin, par l’arc gagner les batailles sévères !
l’arc fait le tourment de l’ennemi ;
gagnons par l’arc toutes les régions de l’espace.


(Rig-Veda, 6,75)
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Ven 5 Oct 2018 - 11:48

LE LIÈVRE ET LA TORTUE

 Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.
  Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage.
  Gageons, dit celle-ci, que vous n'atteindrez point
  Si tôt que moi ce but. Si tôt ? Êtes-vous sage ?(
             Repartit l'Animal léger.
             Ma Commère, il vous faut purger
             Avec quatre grains d'ellébore.
             Sage ou non, je parie encore.
             Ainsi fut fait : et de tous deux
             On mit près du but les enjeux.
             Savoir quoi, ce n'est pas l'affaire ;
             Ni de quel juge l'on convint.
  Notre Lièvre n'avait que quatre pas à faire ;
  J'entends de ceux qu'il fait lorsque prêt d'être atteint
  Il s'éloigne des Chiens, les renvoie aux calendes,
             Et leur fait arpenter les landes.
  Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter,
             Pour dormir, et pour écouter
      D'où vient le vent, il laisse la Tortue
             Aller son train de Sénateur.
             Elle part, elle s'évertue ;
             Elle se hâte avec lenteur.
  Lui cependant méprise une telle victoire ;
             Tient la gageure à peu de gloire ;
             Croit qu'il y va de son honneur
      De partir tard. Il broute, il se repose,
             Il s'amuse à toute autre chose
      Qu'à la gageure. À la fin, quand il vit
  Que l'autre touchait presque au bout de la carrière,
  Il partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit
  Furent vains : la Tortue arriva la première.
  Eh bien, lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?
             De quoi vous sert votre vitesse ?
             Moi l'emporter ! et que serait-ce
             Si vous portiez une maison ?


Jean de La Fontaine
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Ven 5 Oct 2018 - 13:02

Le bouc est Agni ; le bouc est la splendeur ;
…le bouc chasse au loin les ténèbres…
Ô bouc, monte au ciel des hommes pieux ;
…le bouc est né de la splendeur d’Agni.


(Atharva-Veda, 9,5 VEDV, 263)
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Ven 5 Oct 2018 - 13:51

Deux tigres qui poussent vers le bas,
Cherchant à dévorer le père et la mère.
Ô Agni, rends-les favorables !
Soyez pacifiques et de bon augure !
Ce qui, de votre substance est redoutable
Ô dents,
Qu'il s'en aille autre part.


(Veda)
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Sam 6 Oct 2018 - 11:16

Âge d'or

Quelqu'une des voix
Toujours angélique
- Il s'agit de moi, -
Vertement s'explique :

Ces mille questions
Qui se ramifient
N'amènent, au fond,
Qu'ivresse et folie ;

Reconnais ce tour
Si gai, si facile :
Ce n'est qu'onde, flore,
Et c'est ta famille !

Puis elle chante. Ô
Si gai, si facile,
Et visible à l'oeil nu...
- Je chante avec elle, -

Reconnais ce tour
Si gai, si facile,
Ce n'est qu'onde, flore,
Et c'est ta famille !... etc...

Et puis une voix
- Est-elle angélique ! -
Il s'agit de moi,
Vertement s'explique ;

Et chante à l'instant
En soeur des haleines :
D'un ton Allemand,
Mais ardente et pleine :

Le monde est vicieux ;
Si cela t'étonne !
Vis et laisse au feu
L'obscure infortune.

Ô ! joli château !
Que ta vie est claire !
De quel Age es-tu,
Nature princière
De notre grand frère ! etc...

Je chante aussi, moi :
Multiples soeurs ! voix
Pas du tout publiques !
Environnez-moi
De gloire pudique... etc...


Arthur Rimbaud.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Lun 8 Oct 2018 - 12:05

Cochonfucius a écrit:Les poésies de nos maîtres Obad

Saint Fonnik

Honneur à Saint Fonnik, il compose pour Dieu
Un cantique nouveau sur un air que j’ignore;
J’adore ce qu’il fait, lui qui Dieu seul adore,
La musique, d’ailleurs, ça repose les yeux.

La voix des instruments s’élève jusqu’aux cieux,
Dans d’autres univers elle résonne encore ;
Les anges sont pensifs, ils ne chantent pas mieux
Que ce magique orchestre entendu dès l’aurore.

Saint Fonnik, chantes-tu tes anciennes amours ?
Nous dis-tu simplement la joie de chaque jour
Dans ces nobles accords que transportent les ondes?

Si ton art musical t’a fait devenir saint,
C’est que le Créateur en avait le dessein,
Désirant illustrer la beauté de ce monde.

Cochonfucius
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Ven 12 Oct 2018 - 10:35

Le vieil étang !
Une grenouille y plonge :
Ah ! Quel clapotis !…


(Bashô)
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Jeu 25 Oct 2018 - 11:27

Vous allez voir ce que vous allez voir

Une fille nue nage dans la mer
Un homme barbu marche sur l'eau
Où est la merveille des merveilles
Le miracle annoncé plus haut ?


Jacques Prévert
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Dim 9 Déc 2018 - 2:03

AUM BHUR BHUVAH SVAH

(AUM TERRE ! ATMOSPHERE ! CIEL !)
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Lun 23 Déc 2019 - 11:19

Cochonfucius a écrit:Au pays de neige
Les habitants aiment lire
Mais pas travailler


Les poésies de nos maîtres 65418_173004112720614_6071859_n
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Ven 20 Mar 2020 - 19:28

Ah, si je pouvais d'un mot
Dire.

L'étrangeté de ce qui n'est pas étrange.

Ce que nous avons dans le sac.

Il est si étrange que des choses ne le soient pas.

Normal pourtant.

Dans le sac.

Sans trous.

Ah.

__________
Rem (un internaute)
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Dim 22 Mar 2020 - 15:28

Les lacets de la mort m'enserraient,
les filets du shéol ;
l'angoisse et l'ennui me tenaient,
j'appelai le nom de Yahvé


(Psaumes 116, 3)
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Sam 28 Mar 2020 - 21:35

LA MORSURE DE LA VIPÈRE


Un jour Zarathoustra s’était endormi sous un figuier, car il faisait chaud, et il avait ramené le bras sur son visage. Mais une vipère le mordit au cou, ce qui fit pousser un cri de douleur à Zarathoustra. Lorsqu’il eut enlevé le bras de son visage, il regarda le serpent : alors le serpent reconnut les yeux de Zarathoustra, il se tordit maladroitement et voulut s’éloigner. « Non point, dit Zarathoustra, je ne t’ai pas encore remercié ! Tu m’as éveillé à temps, ma route est encore longue. » « Ta route est courte encore, dit tristement la vipère ; mon poison tue. » Zarathoustra se prit à sourire. « Quand donc un dragon mourut-il du poison d’un serpent ? — dit-il. Mais reprends ton poison ! Tu n’en pas assez riche pour m’en faire hommage. » Alors derechef la vipère s’enroula autour de son cou et elle lécha sa blessure.

Un jour, comme Zarathoustra racontait ceci à ses disciples, ceux-ci lui demandèrent : « Et quelle est la morale de ton histoire, ô Zarathoustra ? » Zarathoustra leur répondit :

Les bons et les justes m’appellent le destructeur de la morale : mon histoire est immorale.

Mais si vous avez un ennemi, ne lui rendez pas le bien pour le mal ; car il en serait humilié. Démontrez-lui, au contraire, qu’il vous a fait du bien.

Et plutôt que d’humilier, mettez-vous en colère. Et lorsque l’on vous maudit, il ne me plaît pas que vous vouliez bénir. Maudissez plutôt un peu de votre côté !

Et si l’on vous inflige une grande injustice, ajoutez-en vite cinq autres petites. Celui qui n’est opprimé que par l’injustice est affreux à voir.

Saviez-vous déjà cela ? Injustice partagée est demi-droit. Et celui qui peut porter l’injustice doit prendre l’injustice sur lui !

Il est plus humain de se venger un peu que de s’abstenir de la vengeance. Et si la punition n’est pas aussi un droit et un honneur accordés au transgresseur, je ne veux pas de votre punition.

Il est plus noble de se donner tort que de garder raison, surtout quand on a raison. Seulement il faut être assez riche pour cela.

Je n’aime pas votre froide justice ; dans les yeux de vos juges passe toujours le regard du bourreau et son couperet glacé.

Dites-moi donc où se trouve la justice qui est l’amour avec des yeux clairvoyants.

Inventez-moi donc l’amour qui porte non seulement toutes les punitions, mais aussi toutes les fautes !

Inventez-moi donc la justice qui acquitte chacun sauf celui qui juge !

Voulez-vous que je vous dise encore cela ? Chez celui qui veut être juste au fond de l’âme, le mensonge même devient philanthropie.

Mais comment saurais-je être juste au fond de l’âme ? Comment pourrais-je donner à chacun le sien ? Que ceci me suffise : je donne à chacun le mien.

Enfin, mes frères, gardez-vous d’être injustes envers les solitaires. Comment un solitaire pourrait-il oublier ? Comment pourrait-il rendre ?

Un solitaire est comme un puits profond. Il est facile d’y jeter une pierre ; mais si elle est tombée jusqu’au fond, dites-moi donc, qui voudra la retirer ?

Gardez-vous d’offenser le solitaire. Mais si vous l’avez offensé, eh bien ! tuez-le aussi !


Ainsi parlait Zarathoustra.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Mer 13 Mai 2020 - 20:14

Ce chemin
plus personne ne le parcourt
sauf le crépuscule

Matsuo Basho
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Mar 9 Juin 2020 - 21:18

Je vis une échelle de la couleur de l'or que frappe un rayon de soleil, et qui s'élevait
si haut que mes regards ne pouvaient la suivre.
Je vis encore descendre par les degrés tant de splendeurs, que je pensais que toutes les lumières
que l'on voit au ciel s'étaient répandues là.


Dante - La divine comédie-
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Les poésies de nos maîtres Empty Re: Les poésies de nos maîtres

Message par loofrg le Sam 27 Juin 2020 - 23:23

(...)« Sois au moins mon ennemi ! » — ainsi parle le respect véritable, celui qui n’ose pas solliciter l’amitié.

Si l’on veut avoir un ami il faut aussi vouloir faire la guerre pour lui : et pour la guerre, il faut pouvoir être ennemi.

Il faut honorer l’ennemi dans l’ami. Peux-tu t’approcher de ton ami, sans passer à son bord ?

En son ami on doit voir son meilleur ennemi. C’est quand tu luttes contre lui que tu dois être le plus près de son cœur.(...)


Extrait de "De l'ami" Ainsi parlait Zarathoustra (F. Nietzsche)
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1793
Localisation : Lot
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum