La dépression

Page 6 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La dépression

Message par Invité le Jeu 6 Aoû 2009 - 21:16

Mais je ne sais si cette force est Dieu ou Diable.
Elle est ce que tu décideras qu'elle soit!
Elle peut devenir ta force. Celle qui t'entraînera vers ta réflexion, ton chemin vers la Vie (divine ou pas, ce n'est pas forcément l'essentiel, pour toi) celle qui passe par la Joie, la sérénité, l'oubli de soi un peu, mais aussi le Plaisir, la satisfaction, la douceur de vivre des petits moments forts!
L'alcool, je ne saurais te dire, ma rencontre avec ce truc a été très violente, (ce n'est pas moi qui buvait!) . Voir quelqu'un ivre vomir tripes et boyaux et fier d'avoir montré qu'il était "un homme", non, ça m'a plutôt dégoutée de la boisson qu'autre chose!
Mais on dit parfois: noyer son chagrin dans l'alcool!
Alors, verse toutes les larmes de ton corps dans ton verre!, l'eau et le sel te remettrons (peut-être) d'aplomb I love you
Et puis, le soir, quand ton ami rentre du boulot, demande lui de t'emmener faire un tour en forêt. Quand il n'y a presque plus personne, et que tu peux écouter parler les arbres et les oiseaux.
longtemps.
pour qu'au retour, tu t'écroules, morte de "bonne" fatigue.
Et ce désir, peu à peu, tu apprendras d'où il vient. Tu apprendras à l'apprivoiser. Je ne suis vraiment pas assez prosélyte pour te dire "chouette! c'est Dieu qui t'appelle". Mais assez claire dans ma tête pour te dire: "(pardon!) crache par terre! Et les choses vont se démêler"
Ton esprit (/âme/conscience/jugeotte/ ...) fera le tri.
:ange:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Jipé le Ven 7 Aoû 2009 - 8:49

Babylon
C'est à cause de ça que j'ai commencé à augmenter ces saloperies. Maintenant je suis accroc. J'ai entendu parler d'une clinique qui soigne cette dépendance aux médocs, mais c'était en Allemagne.... Dormir avec des plantes..
Il y a des CHU en France et en particulier à Paris qui s'occupent de ces cas d'addictions, je te mets ce lien, tu peux déjà te renseigner:

http://web.reseau-chu.org/articleview.do?id=1600&mode=2

Tu ne pourras pas t'en sortir seule, il te faut une aide psychologique Babylon, en tournant en rond comme cela, en prenant des médocs et alcool tu ne fais qu'accentuer le problème. Si tu as une réelle envie de te sortir de cette situation, consulte...c'est le meilleur conseil que l'on peut te donner.
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 25749
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2017 Papy !!
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Babylon5 le Ven 7 Aoû 2009 - 9:10

Bonjour Jipé,

Je suis allée voir l'article. Il n'est mentionné que l'alcool, les opiacés, le cannabis, l'extasie, les addictions au jeu et autres.

J'ai déjà eu droit à deux hospitalisations en clinique dans ma région ; J'avais précisé que j'étais dépressive, que je me "camais" aux médocs et à l'alcool pour dormir et me sentir "mieux". J'ai eu comme traitement des antidépresseurs à dose élevée, du témesta ou autre anxiolitique à dose également élevé, plus du revia (qui aide au sevrage alcoolique). Je suis ressortie trois semaines plus tard avec une belle ordonnance de substances anxiolitiques et antidépressives.

Cela fait maintenant 5 ans que je prends toujours le même anti-dépresseur et le même anxiolitique. Quand je m'inquiète des effets de dépendance, mon psychiatre me répond que ce sont des médicaments, ne pas confondre avec des drogues.

Cela fait donc 5 ans que je n'ai pas vraiment dormi d'un sommeil naturel ; 5 ans que j'augmente les doses, en essayant de contrôler, mais maintenant j'en suis à 5* cachets de témesta (1gramme, je précise) par jour. Mon psychiâtre continue à dire qu'il ne faut pas s'nquiéter. Je précise aussi que tous les autres psychiâtres de ma ville tiennent le même discours.

Il serait peut-être nécessaire que je me fasse hospitaliser, mais dans une structure qui prenne aussi en compte l'addiction médicamenteuse.

* parfois plus, et je mélange avec du Xanax quand j'en ai. Parfois moins (disons que je descends à 3 ou 4)
avatar
Babylon5
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2234
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : Sauniste pratiquante
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 28/06/2009

http://invasions-poetiques.blog4ever.com/blog/article-511139.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Invité le Ven 7 Aoû 2009 - 9:23

tu as raison, Bablon5: il est urgent que tu te fasses prendre en charge, mais comme tu dis: choisi bien l'endroit ! Ne retourne pas là où tu as été ! Passe le temps qu'il faut à te renseigner, à discuter avec les médecins jusqu'au moment où tu auras trouvé le bon.

Il n'existe pas de cliniques ou centre de soins qui emploient des méthodes de "médecines douces "?

On sent un tel potentiel en toi d'intelligence, culture, créativité (tu aimes dessiner, écrire ?). Ce sont souvent les caractères qui ont tendance à la dépression qui ont ce profil: les créatifs le sont presque tous: chercheurs, artistes...

Dommage de noyer tout cela dans un cocktail infernal...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Babylon5 le Ven 7 Aoû 2009 - 9:52

De toute façon, je n'ai pas envie de me faire prendre en charge ; je n'ai pas envie d'être une patiente ; je n'ai pas envie d'entrer dans un quelconque système de soins. D'abord, au plan social, je sais ce que ça donne : tu a été hospitalisé 15 jours ou 3 semaines dans une clinique (surtout psy!), déjà tu ne peux même plus emprunter pour t'acheter un appart. Ensuite je suis trop individualiste.
avatar
Babylon5
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2234
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : Sauniste pratiquante
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 28/06/2009

http://invasions-poetiques.blog4ever.com/blog/article-511139.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Jipé le Ven 7 Aoû 2009 - 10:16

Le problème de certains psychiatres c'est qu'ils donnent des médicaments comme un généraliste, cela ne cherchent pas les causes psychologiques.
Un psy autre que "chiatre", passera sûrement plus de temps pour comprendre la cause du mal-être.
Il te faut te sevrer de ces médocs, c'est indispensable et tu ne pourras pas le faire seule.
Ne lâche pas prise, il y a toujours une solution mais encore faut-il vouloir s'en sortir et là, il n'y a que toi. On ne peut pas faire le travail à ta place :(
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 25749
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2017 Papy !!
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Invité le Ven 7 Aoû 2009 - 10:25

Voici une fable que j'ai écrite en deux parties.
La première, juste avant de "craquer", donc juste avant le "trou" de la dépression quand je n'étais même plus capable de me faire à manger ou de faire quoique ce soit, même lire, marcher, tricoter:


LA FABLE DU PETIT PINSON.

Il y a quelques jours déjà que le petit pinson a quitté le nid de ses parents. En découvrant la lumière féerique du sous-bois, il a chanté, voleté de branche en branche, heureux d’explorer le monde de la forêt. Tout lui semble si beau ! Les autres animaux sont étonnants : énormes et couverts de poils, sur deux ou quatre pattes, dotés de nageoires, ou minuscules insectes grouillants d’activité.
L’air sur lequel s’appuient ses ailes est caressant et rempli d’odeurs subtiles. Le vent balance doucement la cime des arbres et agite les feuilles en un froufrou cristallin.
La nourriture est présente en abondance ; l’oisillon trouve que la vie est belle et agréable, et que tous les êtres de la création sont gentils !
Petit pinson est fasciné par quelque chose qui, apparemment, se trouve dans un autre monde, au-delà du dôme feuillu. Est-ce un endroit, un être ou un objet ? Il ne le sait. De cette « chose » émanent des rayons chauds et lumineux qui pénètrent au plus profond de la forêt, en se déplaçant très lentement. Ces faisceaux magiques ouvrent les fleurs, transforment les gouttes d’eau en diamants, les animaux viennent s’y réchauffer. Chacun lui attribue un nom différent : le jour, le soleil, l’amour, un dieu mystérieux… Mais qui est-il ? Ce qui est sûr, c’est que sans lui, la Vie n’existerait pas. Comment en apprendre davantage ? L’oiseau interroge les « anciens ».
« Ne t’en approche pas, avertit le hibou, il te brûlerait les yeux ».
« C’est une merveille sans nom, rétorque le faisan. Il fait briller le plumage et réchauffe du fond du cœur »
Qui croire ?
N’y tenant plus, le fragile oiseau prend son envol, monte au-dessus des cimes, et débouche dans un nouveau monde, totalement différent de ce qu’il connaît. Le choc est aussi grand que le jour où il a quitté le nid et découvert les sous-bois. La forêt est devenue une mer verte et le ciel bleu s’étend à l’infini, baigné dans la clarté aveuglante du soleil. Petit pinson est ébloui, il perd l’équilibre, et retombe en vrille dans les arbres. « La prochaine fois, se dit-il, je resterai plus longtemps ».
Quelques jours plus tard, il tente à nouveau l’expérience, irrésistiblement attiré par une belle trouée lumineuse. A peine émerge-t-il des frondaisons qu’un violent orage s’abat sur lui. Eclairs et tonnerre le secouent dans tous les sens, et il se retrouve… sur le sol, trempé et meurtri. « Ce n’est donc pas le soleil qui m’a attaqué, c’est la tempête, il faut donc que j’y retourne ». L’oisillon, à peine séché, se faufile à nouveau entre les branches, et débouche dans le ciel, mais il est voilé par un épais brouillard recouvrant tout le paysage. Petit Pinson ignore qu’au dessus de la brume, le ciel est dégagé. Il vole un certain temps, espérant trouver le soleil, mais se décourage, et, fatigué, redescend dans la forêt, déterminé à essayer une nouvelle fois dès que possible.
Aujourd’hui, ça y est, les rayons jouent avec les feuillages, il fait sûrement très beau là-haut. Petit pinson monte, monte, de toute la force de ses courtes ailes.
En effet, le soleil brille de tous ses feux. Pour la première fois, il peut le situer là, au milieu du firmament. Comblé de bonheur, il vole, virevolte dans l’immensité transparente. Ses yeux ne sont pas encore habitués à la clarté, et il ne voit pas arriver l’aigle qui fond sur lui, le rate de peu, et le projette sur le sol, blessé et étourdi.
Quel malheur ! Petit pinson s’effondre en larmes. Il se love dans un creux de rocher moussu, à l’abri des regards. Un écureuil vient pointer son nez à travers les herbes folles : « qu’y a-t-il, petit pinson, pourquoi te caches-tu ? Pourquoi ne chantes-tu plus ? »
- Parce que je voudrais voler dans le soleil, répondit-il.
- Mais, lui murmura l’écureuil, le soleil n’est qu’une illusion, tu ne l’atteindras jamais, tu es fait pour vivre dans la forêt. Ici, tu trouves facilement tout ce dont tu as besoin, et tu es en sécurité parmi nous. Que te faut-il de plus ?
- Tu as raison, ami écureuil, je n’ai pas le droit d’être malheureux à cause d’un rêve.
Il sort de sa cachette, se perche sur une branche, et se remet à chanter, mais ce n’est plus le même chant. Au lieu de lancer n’importe quels trilles et sifflements, comme auparavant, il chante des contes de lumière. Tous les habitants des bois viennent l’écouter : « comme c’est beau » se disent-ils l’un à l’autre. « Oui, c’est beau, mais ce ne sont que des chimères, rétorque le renard qui, indifférent, s’en va à la recherche de son déjeuner.
Tous les jours, petit pinson recommence à enchanter ses amis, inlassablement. Où qu’il aille, et par tous les temps, un rayon de soleil le suit pour l’éclairer. Les esprits de la nature, assis sur des champignons, l’écoutent avec des étoiles dans les yeux. Quand il pleut, ils s’installent sous le chapeau du champignon. Eux seuls savent que le chanteur décrit la Vérité.
Au crépuscule, solitaire, il retourne se blottir dans son nid douillet, et, comme chaque soir, il s’endort en pleurant.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par sylvain le Ven 7 Aoû 2009 - 10:28

Alors je prends de l'alcool, des calmants
C'est très dangereux..
Jipé, si tu permets, il faut savoir qu'avec une dépression endogène, (ce diagnostic ne m'appartenant pas bien sûr) l'arrêt des médicaments est parfois cause de décès. C'est normal qu'on ait des réticences devant ces traitements, mais ils sont parfois indispensables, ce sont des boulets salutaires, il ne faut pas rejeter cette "solution" à priori. Ceux qui arrêtent leur traitement peuvent être sujets à des rebonds désastreux, et leur situation peut empirer durablement. Même si l'automédication est tout aussi dangereuse.
Babylon 5, as-tu entendu parler du Zoloft ? Ou du Seropram ? Tu devrais demander l'avis d'un médecin...
Mais surtout ne bois pas d'alcool, le mieux passager étant suivi d'un pire durable. Il y a certaines dépressions exogènes qui peuvent être prises en charge par des psy, mais les dépressions endogènes nécessitent D'ABORD un traitement, puis, en appoint, une approche psy. Quoi qu'il en soit, n'affronte pas le monstre seule, il est plus fort que toi ! Consulte !


Dernière édition par sylvain le Ven 7 Aoû 2009 - 10:33, édité 3 fois

sylvain
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1150
Localisation : haute-loire
Identité métaphysique : enfant de dieu j'espère
Humeur : Dents de scie
Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Invité le Ven 7 Aoû 2009 - 10:30

Puis, des années après, en relisant ce texte, je me suis rendue compte que j'étais passée par une phase pire encore que cette vie si difficile où on fait semblant que tout va bien et qu'on pleure 5 heures par nuit, cachée dans l'obscurité du lit, puis que j'en étais sortie.
Et j'ai continué l'histoire du petit pinson. C'est MON histoire. Sauf que je n'ai pas encore atteint le stade de la transparence lumineuse mdrrrrr

(Suite)
Les larmes du pinson sont chaque jour plus abondantes, et ses sorties plus courtes. Il découvre petit à petit tous les problèmes du monde, l’agressivité, la pollution, l’avidité… et se sent submergé. Il n’a plus son rêve de soleil pour le soutenir. Souvent, il en discute avec les esprits de la nature qui lui racontent le monde. Un jour, son chant se transforme en sanglot, et il file se réfugier dans son trou. Il y découvre un renfoncement plus profond qu’il n’avait jamais remarqué auparavant, et il s’y glisse le plus loin qu’il peut. L’obscurité y est totale, il n’entend plus les bruits de la forêt. Il recouvre encore sa tête de ses ailes pour être sûr de ne plus rien voir ni entendre. Ses amis et admirateurs le recherchent en vain. Il reste là longtemps, sans avoir la notion du temps qui passe, sans ressentir de faim ni de désir. Il ne pense plus, et ne pleure même plus : il s’identifie au vide interplanétaire.

Dans ce néant total, cette obscurité complète, il voit apparaître une étoile dans son cœur. Minuscule, à peine perceptible, mais réelle, présente. Tout étonné, il l’observe et la voit grandir. Il en oublie son chagrin, sort de sa cachette et va retrouver ses amis les gnomes pour leur raconter sa découverte. Quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre que les étoiles étaient des soleils pareils à celui qu’il connaissait, et parfois même beaucoup plus gros ! Il a la bizarre impression d’avoir voyagé à l’intérieur de lui-même pour se retrouver dans le même univers que celui qui est au-delà du dôme feuillu.
Il se pose sur une branche, silencieux, les yeux fermés. Ses anciens admirateurs se réinstallent autour de lui, heureux de le retrouver, attendant de nouveaux chants. Que lui était-il arrivé ? S’était-il isolé pour créer un style nouveau ?

Trois heures et trois minutes plus tard, son public, qui n’a cessé de grossir, commence à s’impatienter. Petit pinson se redresse et sourit, parce qu’il sent sa petite étoile intérieure se rapprocher et entrer en résonance avec le soleil.
Ses amis ont la surprise de le voir devenir lumineux et transparent. La clarté s’intensifie, emplit tout le sous-bois, puis disparaît brutalement. A leur grande stupéfaction, l’oiseau aussi a disparu, mais chacun entend au plus profond de son cœur les merveilleux trilles de ses contes de lumière…


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par bernard1933 le Ven 7 Aoû 2009 - 10:31

Babylon, c'est un peu la caractéristique de la maladie, tu te replies trop sur toi . Tu ne sais pas si c'est Dieu ou le diable. Ce n' est rien de tout ça !
C'est très dur, mais il faut s'efforcer de sortir de cet enfermement sur soi-même, sur cette charge qui pèse au fond de soi , sur cette culpabilisation permanente . Il faudrait peut-être partir loin, se dépayser, encore faut-il en avoir les moyens . Ou t'inscrire à des clubs de loisirs, marche, etc...Leela et Myrrha sont d'excellent conseil, comme Jipé qui connaît bien la question.
Le temesta n'est pas dangereux , à condition de ne pas trop forcer . Il nuit à la mémoire, mais j'ai lu qu' après l' arrêt du traitement, celle-ci revient à l' état initial . J'avoue en prendre depuis le décès de ma première épouse, en 1991 ( temesta ou similaire ) ; j' ai perdu le sommeil et mes essais de sevrage ont tous échoué ! Et je ne pense pas que ma mémoire ait beaucoup souffert; mais je l' exerce ! 1,25 mg le soir avant de m' endormir. Je dors très peu. Courage, mon amie !
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Jipé le Ven 7 Aoû 2009 - 10:42

Sylvain:
Jipé, si tu permets, il faut savoir qu'avec une dépression endogène, (ce diagnostic ne m'appartenant pas bien sûr) l'arrêt des médicaments est parfois cause de décès.
Entièrement d'accord avec toi, quand je dis sevrage, je parle de qq chose de progressif et suivi pas un spécialiste bien sûr!
Cela peut prendre plusieurs semaines, voire mois...mais on ne peut le faire seul, j'insiste!
Ceux qui arrêtent leur traitement peuvent être sujets à des rebonds désastreux, et leur situation peut empirer durablement. Même si l'automédication est tout aussi dangereuse.
C'est vrai, c'est un cercle vicieux, il faut accepter de tout mettre à plat dans certains cas.
Mais surtout ne bois pas d'alcool,
Consulte !
D'accord aussi, pas d'autres possibilités pour moi...
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 25749
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2017 Papy !!
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par sylvain le Ven 7 Aoû 2009 - 10:43

Il y a des allergies au temesta. ( Avec une sorte de resserrement du larynx)
Et comme babylon parle d'alccol, le mix des deux peut vraiment craindre.
C'est pour ça qu'il faut consulter. Quand la dépression arrive à des pensées de damnation, il faut consulter rapidement ! Il existe de nouvelle molécules comme celles que j'ai citées plus haut, zoloft, seropram qui n'ont des effets secondaires qu'en début de traitement (intestinaux). Par contre il faut absolument proscrire l'alcool. Quand aux hypnoptiques pour le sommeil, tel que le très radical Imovane, ils sont très efficaces, mais tous les hypnoptiques engendrent une dépendance...
Les dépressifs au long court de toute façon devront être traités par des médocs. Mais la prise en charge proprement psy a aussi son importance. Il faut trouver juste un toubib qui a le sens des responsabilités, et oser obéir.
Même dans les tristes et banals CMP il y a d'excellentes praticiens avec une grosse expérience clinique.


Dernière édition par sylvain le Ven 7 Aoû 2009 - 10:46, édité 1 fois

sylvain
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1150
Localisation : haute-loire
Identité métaphysique : enfant de dieu j'espère
Humeur : Dents de scie
Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Babylon5 le Ven 7 Aoû 2009 - 10:44

sylvain a écrit:
Alors je prends de l'alcool, des calmants
C'est très dangereux..
Jipé, si tu permets, il faut savoir qu'avec une dépression endogène, (ce diagnostic ne m'appartenant pas bien sûr)
"Endogène", ça veut dire qui n'est pas dû à des causes extérieures, non ? Alors je ne crois pas être dépressive endogène : j'ai eu à essuyer plusieurs traumatismes, du premier je me suis bien remise, mais il y en a eu d'autres après : c'est toujours une cause extérieure. Puis à la longue, cet état s'est installé, surtout avec l'isolement en fait.

Babylon 5, as-tu entendu parler du Zoloft ? Ou du Seropram ? Tu devrais demander l'avis d'un médecin...
Mais surtout ne bois pas d'alcool, le mieux passager étant suivi d'un pire durable. Il y a certaines dépressions exogènes qui peuvent être prises en charge par des psy, mais les dépressions endogènes nécessitent D'ABORD un traitement, puis, en appoint, une approche psy. Quoi qu'il en soit, n'affronte pas le monstre seule, il est plus fort que toi ! Consulte !
Oui, bonne idée, j'ai eu du Seropram en clinique il y a quelques années, ça avait eu un bon effet.
avatar
Babylon5
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2234
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : Sauniste pratiquante
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 28/06/2009

http://invasions-poetiques.blog4ever.com/blog/article-511139.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par sylvain le Ven 7 Aoû 2009 - 10:47

en clinique il y a quelques années
C'est tout de même une dépression longue...Il peut arriver qu'une dépression endogène soit révélée par des traumas. Mais je ne suis pas médecin, je ne voudrais pas dire de conneries...

sylvain
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1150
Localisation : haute-loire
Identité métaphysique : enfant de dieu j'espère
Humeur : Dents de scie
Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Jipé le Ven 7 Aoû 2009 - 10:52

Il y a d'autres méthodes comme la respiration ventrale, l'imagerie mentale, l'auto-hypnose...Elles sont naturelles, pas d'accoutumance, il faut juste apprendre au départ avec qq'un et on gère soi-même par la suite.
Mais il faut arrêter impérativement le mélange des deux (alcool, médocs), avant d'entreprendre autre chose.
Même le mélange de médocs est dangereux, il faut s'en tenir a un ou deux compatibles, attendre un peu de voir les effets, changer s'ils ne conviennent pas, mais pas faire de cocktail explosif, les neurones n'y résistent pas!
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 25749
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2017 Papy !!
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par sylvain le Ven 7 Aoû 2009 - 10:54

Ça c'est absolument sûr, les cocktails peuvent créer des dommages irréversibles ! Alcool-calmants, c'est vraiment très risqué...

sylvain
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1150
Localisation : haute-loire
Identité métaphysique : enfant de dieu j'espère
Humeur : Dents de scie
Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Babylon5 le Ven 7 Aoû 2009 - 11:29

sylvain a écrit:
en clinique il y a quelques années
C'est tout de même une dépression longue...Il peut arriver qu'une dépression endogène soit révélée par des traumas. Mais je ne suis pas médecin, je ne voudrais pas dire de conneries...

Ah ! Mais je n'ai pas été dépressive pendant tout ce temps, heureusement. La première fois ça a été déclenché par mon boulot dont j'avais raz le bol (je suis prof). J'ai suivi le conseil de me faire hospitaliser pour "souffler". :humhum:

En tout cas, merci à tous... :coeur:
avatar
Babylon5
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2234
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : Sauniste pratiquante
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 28/06/2009

http://invasions-poetiques.blog4ever.com/blog/article-511139.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par bernard1933 le Ven 7 Aoû 2009 - 11:38

C'est une maladie qui touche souvent les profs . Les imbéciles envient vos vacances, mais c'est un sacré métier , surtout de nos jours où vous êtes confrontés à des enfants sages, innocents, gentils, à qui on a donné tous les droits , même ceux de vous insulter et de vous frapper. Dans ma très brève carrière d' instit. intérimaire, après mon service militaire, un coup de règle sur les doigts ou une petite baffe réglait souvent le problème. Maintenant, c'est au moins la garde à vue ! Un monde fou...
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Invité le Ven 7 Aoû 2009 - 11:44

être prof est extrêmement éprouvant pour les nerfs, surtout face à une classe difficile. J'ai la chance d'avoir toujours des élèves hyper motivés (ou, au pire: indifférents), mais il me serait impossible de faire face à une classe d'ados: j'ai eu une fois le cas, et j'ai failli abandonner cette activité après quelques dizaines d'heures seulement. Que dire après des années, 6 heures par jour !

C'est tellement courant de craquer que beaucoup de profs du secondaires sont en congé maladie définitif après 10, 20 ans de métier.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Bulle le Ven 7 Aoû 2009 - 18:03

Babylon5 a écrit:De toute façon, je n'ai pas envie de me faire prendre en charge ; je n'ai pas envie d'être une patiente ; je n'ai pas envie d'entrer dans un quelconque système de soins. D'abord, au plan social, je sais ce que ça donne : tu a été hospitalisé 15 jours ou 3 semaines dans une clinique (surtout psy!), déjà tu ne peux même plus emprunter pour t'acheter un appart. Ensuite je suis trop individualiste.
Babylon, de quoi as-tu envie alors ?
Qu'est-ce qui selon toi pourrait t'aider ?
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 40273
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par sylvain le Ven 7 Aoû 2009 - 18:21

En effet, Bulle a raison, mieux vaut prévenir que guérir. Imagine qu'à force tu craques complêtement, ce sera bien pire ! Tu n'as pas la foi, Ok, mais tu as tout de même de la sagesse sœurette ! Fais attention car cette saloperie n'a pas de fond...
Ensuite je suis trop individualiste.
'têt un chouia d'orgueil ? Mais il n'y a pas de mal à être malade ! Que la société se comporte comme une brute, ce n'est pas nouveau, mais tu t'en fous: pouvoir savourer la joliesse de trois fleurettes, la beauté d'un enfant, la joie d'un beau spectacle, en toute tranquillité d'esprit, c'est simple, mais merveilleux, et tu t'en priverais pour des arriérés étroits ? Non ! Tiens regarde, je dessine des fractales, ça te fera un peu d'harmonie !


sylvain
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1150
Localisation : haute-loire
Identité métaphysique : enfant de dieu j'espère
Humeur : Dents de scie
Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Invité le Ven 7 Aoû 2009 - 19:24

ho 1 tapis !
il est beau - on a envie de s'allonger et de se s'enrouler dedans - de devenir toute petite et de parcourir les dédales et les recoins du tapis labyrinthe de jouer à cache cache avec le mouton - et de courir à perdre haleine jusqu'à sa bordure - je le prendrais dans mes bras et on plongera dans la triste réalité -

Nan - j'ai encore rien bu-

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par sylvain le Ven 7 Aoû 2009 - 19:30

Tu peux de temps en temps t'autoriser à plonger dans la gaieté des fleurs, je suis sur que ça te va bien les fleurs.



Celle là ?
Mais quand même, je garde les plus belles pour ma femme !

sylvain
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1150
Localisation : haute-loire
Identité métaphysique : enfant de dieu j'espère
Humeur : Dents de scie
Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par Invité le Ven 7 Aoû 2009 - 19:41


c'est supeeeerbe Sylvain, c'est toi qui fais cela ?

On est aspiré dedans, c'est fascinant! C'est à l'aide d'un programme spécial ?

Faudrait pouvoir les projeter en grand sur un mur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dépression

Message par sylvain le Ven 7 Aoû 2009 - 19:46

J'utilise Ultra Fractal. Ça m'a coûté environ 50 euros, mais je ne les regrette pas. C'est choucard hein ? Ça me sert d'anti-déprime. (les hivers ici, c'est du violent)
On est aspiré dedans, c'est fascinant!
C'est juste parce que les lignes convergent.

sylvain
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1150
Localisation : haute-loire
Identité métaphysique : enfant de dieu j'espère
Humeur : Dents de scie
Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum