le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Page 6 sur 21 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant

Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jipé le Jeu 10 Nov 2011 - 12:08

Extrait du pédopsychiatre Marcel Rufo : Un bon père est un morceau de héros .

Question:Pendant longtemps, les mères ont été au coeur des préoccupations des psys, mais depuis quelques années, tous semblent se tourner vers les pères. Pourquoi ?
Marcel Rufo : Les progrès des pères font que l’on peut enfin se poser des questions sur eux. Avant, ils étaient un peu caricaturaux, mais maintenant qu’ils ont osé accepter leur part féminine, on peut parler de leurs fragilités, de leurs faiblesses

Q: Malgré tous ces livres sur la paternité, il semble qu’il reste toujours aussi difficile de savoir ce qu’est un bon père…
Marcel Rufo : Je crois que toutes les filles – et surtout tous les garçons – cherchent quelque chose de glorieux chez lui. Quelque chose à admirer, quitte à vouloir ensuite l’affronter, le combattre, avant de le dépasser. Voyez mon père, j’aime dire aujourd’hui qu’il était le plus grand pêcheur du coin : il sortait par tous les temps avec son bateau, il poussait son charreton sur toutes les routes. Si vous saviez comme je le vois, en vous disant cela, mon père s’envolant dans les airs avec son charreton !

Q-C’est du Pagnol !
Marcel Rufo : Oui, c’est cela, c’est La Gloire de mon père. Un bon père, c’est un morceau de héros.

Q:Autrement dit, rien ne change, malgré l’évolution des familles…
Marcel Rufo : La famille n’évolue pas dans l’esprit de l’enfant. Quand on demande à un adolescent ce qui compte le plus, il répond : « La famille. » Décomposée, recomposée, conflictuelle ou déchirée, c’est toujours la famille qui passe en premier. Et pour quitter cette famille, l’adolescent a besoin de l’intégrer. En bien, en mal, peu importe, il faut qu’il fasse le ménage, qu’il balaie tous les secrets, les non-dits, les conflits. Après seulement, il peut partir faire sa vie. Et sa propre famille. Être père, c’est devenir l’ami de l’enfant que l’on a été, pouvoir le regarder avec recul et tranquillité.

Source

M.Rufo

Il me semble que M. Rufo sait de quoi il parle, lui...

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 27038
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Tibouc le Jeu 10 Nov 2011 - 18:36

Il faudrait quand même que Rufo m'explique où il est allé pécher ça :
Quand on demande à un adolescent ce qui compte le plus, il répond : « La famille. »

dubitatif
Tibouc
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jipé le Jeu 10 Nov 2011 - 18:53

Tibouc a écrit:Il faudrait quand même que Rufo m'explique où il est allé pécher ça :
Quand on demande à un adolescent ce qui compte le plus, il répond : « La famille. »
dubitatif
je pense qu'il consulte beaucoup d'enfants et d'ados et qu'il a du faire une synthèse de leurs réponses. Mais ce serait à lui de répondre...Il me semble qu'on peut le faire par @mail.
Mais qu'est-ce qui te gêne dans cette réponse ?

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 27038
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jean GABARD le Jeu 10 Nov 2011 - 19:00

Jipé a écrit:Gabard,
je ne sais plus trop où j'ai lu cet extrait de ta part, peut-être ton blog...
"J’avance un postulat qui comme le mot l’indique ne peut pas se prouver. J’accepte de ne pas avoir la Vérité et c’est la raison pour laquelle je m’efforce de donner des exemples pris dans la vie de tous les jours pour montrer que ce postulat n’est pas totalement idiot et même opératoire. Les féministes qui le contestent sont tout autant que moi incapables de prouver qu’il y a uniquement construction sociale."

Tu prends des exemples dans la vie de tous les jours...Wahou ! super! et tu en tires des conclusions des plus hasardeuses rire
Reconnais au moins que tu es dans la totale subjectivité. Ton regard de la vie quotidienne n'est peut-être pas celui d'un autre, et puis, ce (ton)regard ne peut être Universel, donc quelle valeur a-t-il exactement ?
Beaucoup de postulats donc, beaucoup d'a priori, beaucoup de déformations pour en arriver à tes propres conclusions. Remarque, je le comprends, comme sortir un bouquin et ensuite reconnaître moult erreurs ou fausses interprétations ? Cela reviendrait à couler ton fonds de commerce, je comprends!
Tu es pris dans ton propre piège et je ne vois pas d'autre solution que de rester sur une forme de mauvaise foi...


qui est de mauvaise foi ?
tu voulais des références, je t'en ai données et tu n'en tiens pas compte.
Les personnes que j'ai citées font aussi un postulat.
et les féministes du genre font un postulat inverse mais c'est toujours un postulat.
Je dis simplement que mon postulat permet d'expliquer des situations

Jean GABARD
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 01/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jipé le Jeu 10 Nov 2011 - 19:53

Gabard:
qui est de mauvaise foi ?
tu voulais des références, je t'en ai données et tu n'en tiens pas compte.
Les personnes que j'ai citées font aussi un postulat.
et les féministes du genre font un postulat inverse mais c'est toujours un postulat.
Je dis simplement que mon postulat permet d'expliquer des situations
Comment ça , je n'en tiens pas compte ? J'ai repris plusieurs passages et je les ai argumentés. Ils vont même plutôt dans mon sens...
Qu'est-ce que ton postulat explique au juste ?
Que les femmes en s'émancipant on bouffer les c****** de leurs hommes ? C'est ce que tu as l'air de dire, non ? Dois-je en penser que ton livre est autobiographique alors ?

Tu ne fais pas de commentaire sur ce que dit le pédopsychiatre Rufo ? Alors, ça veut dire que ses propos te conviennent ?

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 27038
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Bulle le Jeu 10 Nov 2011 - 20:14

Tibouc a écrit:Il faudrait quand même que Rufo m'explique où il est allé pécher ça :
Quand on demande à un adolescent ce qui compte le plus, il répond : « La famille. »

dubitatif
A la réflexion cela ne me semble pas étonnant compte-tenu que les adolescents en question sont des ados ayant un problème psychologique et en "rupture" avec leur famille. Il ne la vivent pas forcément bien cette rupture, soit se sentant coupables, soit ayant été rejetés... D'où le regret de la situation antérieure dans ce cas, moins douloureuse.

_________________
Hello Invité !  Le le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Quizzv10 du 01 octobre 2019 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 44855
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Bulle le Jeu 10 Nov 2011 - 20:15

Je pense que Jean GABARD va bientôt nous dire que les problèmes mondiaux sont du au féminisme : ne dit-on pas LA crise, LA banque, Une action ? croule de rire

_________________
Hello Invité !  Le le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Quizzv10 du 01 octobre 2019 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 44855
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jean GABARD le Jeu 10 Nov 2011 - 21:27



Si vous voulez bien arrêter de parler de ce que j'ai l'air de dire mais plutôt de ce que je dis ...
il est certain qu'en me faisant dire ce qui vous arrange, vous avez des réponses faciles.
Je vous rappelle que je ne condamne pas le féminisme mais que je dénonce des dérives dans le féminisme.
Je rappelle aussi que le féminisme est un libéralisme. Lorsque le libéralisme devient sauvage il n'est pas rare de le voir s'opposer à la démocratie et causer de graves problèmes sociaux...

Rufo dit ( et il faudrait vraiment lire ce qu'il dit et ne pas lui faire dire ce que l'on souhaite) : "Je crois que toutes les filles – et surtout tous les garçons – cherchent quelque chose de glorieux chez lui. Quelque chose à admirer
On cherche quelque chose à admirer chez le père et on ne le trouve pas toujours alors que l'on est toujours fasciné par la maman quoi qu'elle fasse. L'une est toute-puissante, l'autre peut avoir ou non un pouvoir. Et un pouvoir est toujours limité
Et on a toujours besoin de trouver son père fort, peut-être parce qu'on aimerait bien qu'il limite la toute-puissance de la maman. La toute-puissance est fascinante mais aussi terrifiante !

Jean GABARD
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 01/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jean GABARD le Jeu 10 Nov 2011 - 22:18

"Le féminisme cause de tous les maux" c'est effectivement Bulle qui l'a dit, pas moi

Jipé tu as repris plusieurs passages, d'accord ! mais en interprétant et en confondant toute-puissance et autorité

Mais la question n'était pas là !
Il fallait que j'amène des références parce que paraît-il j'inventais de toute pièce cette notion de toute-puissance de la mère.

alors soit (comme je l'ai dit avant de les donner) ces références ne servent à rien parce que tu les réfutes ou soit tu devrais reconnaître la toute-puissance de la maman.
et si tu reconnais la toute-puissance de la maman tu devrais reconnaître tout ce qui suit et qui me sépare de ceux qui défendent la théorie du genre.

alors j'admets, comme je l'ai déjà dit que ce n'est pas parce un tel dit telle chose que c'est vrai.

Mais au moins arrête de dire que ce ne sont que mes élucubrations

Après si tu penses que Lacan, Aldo Naouri, Gabrielle Rubin, Françoise Dolto, Christiane Olivier ... sont des farfelus, je suis assez fier que l'on me traite aussi de farfelu

Jean GABARD
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 01/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Tibouc le Jeu 10 Nov 2011 - 23:39

Bulle a écrit:A la réflexion cela ne me semble pas étonnant compte-tenu que les adolescents en question sont des ados ayant un problème psychologique et en "rupture" avec leur famille.
Oui, en fait c'est ce que je me suis dit aussi.
Rufo à mon avis juge par rapport aux ados qu'il côtoie dans le cadre de sa fonction de pédo-psychiatre.
Mais amha, beaucoup d'ados ne répondent pas ça. Moi qui était un ado il n'y a pas si longtemps (je me demande même si je n'en suis pas toujours un), je n'ai jamais pensé que la chose la plus importante était la famille.
Tibouc
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Tibouc le Jeu 10 Nov 2011 - 23:41

Jean Gabard a écrit:Je rappelle aussi que le féminisme est un libéralisme. Lorsque le libéralisme devient sauvage il n'est pas rare de le voir s'opposer à la démocratie et causer de graves problèmes sociaux...
Tss ! Tss ! C'est le libéralisme économique sauvage qui pose un problème de démocratie aujourd'hui.
Il ne faut pas le confondre avec le libéralisme politique.

Tu fais une confusion entre les termes.
Tibouc
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Tibouc le Jeu 10 Nov 2011 - 23:50

MrSonge a écrit:
Tibouc a écrit : Je ne pense pas que ce soit mieux, ni pour la mère ni pour le développement de l'enfant, que la mère soit tombée enceinte après s'être fait sauter par inconnu plutôt que d'avoir adopté un enfant.
Pourquoi s'être fait sautée, et pourquoi un inconnu ?
Il faudrait demander directement aux lesbiennes qui font ça.
C'est vrai qu'il y a aussi la solution de demandé à un ami de "prêter" son sperme. Encore faut-il connaitre un homme qui accepte ça (ce qui n'est pas évident), et ça ne change rien au fait que ça complique le fait d'avoir un enfant alors que ça pourrait être plus simple avec l'adoption.

Avec cette solution, au moins, il y a un des membres du couples qui est biologiquement parent avec l'enfant. C'est encore mieux qu'un adoption.
Ben non je ne trouve pas. Ca complique les choses pour rien. Qu'est-ce que ça peut faire si un des parents l'est biologiquement ? On s'en fout de la biologie !

Tibouc a écrit :Pas exactement non, puisqu'elle a évolué au cours de l'histoire. Par exemple, la légalisation du divorce change la vision de la famille.
Au contraire, elle n'a pas varié d'un iota.
Bien sûr que si. Demande à n'importe quel sociologue.

C'est pour cela d'ailleurs qu'il a fallu trouver des termes précis.
On parle de famille recomposée, par exemple, c'est bien pour signaler une divergence vis-à-vis d'un modèle fixe qui est celui – c'est truismatique que de le dire – de la famille composée une fois et non recomposée deux, quatre, dix fois.
La notion n'a donc pas évolué tant que cela, il a simplement fallu essayer de l'adapter à des réalités neuves, tout en gardant bien à l'esprit que, par exemple, la famille recomposée est une catégorie de famille précise, divergent du modèle traditionnel.
Ah donc maintenant il existe un modèle familiale traditionnel ? Tu affirmais pourtant l'inverse il y a peu.
Donc voilà, si on a inventé des nouveaux termes, c'est pour signaler que le modèle traditionnel n'est plus le seul possible. Donc la vision de la famille a bel et bien évolué. CQFD !
Tibouc
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jipé le Ven 11 Nov 2011 - 8:02

Gabard,
ce n'est pas en citant des noms de psys que cela amène à croire que ce que tu avances est exact. Mais bon, nos positions sont figées, je pense que ton livre n'est pas un travail sérieux, étayé et objectif, au vu de ce que tu dis, ce n'est qu'un étalement d'un sentiment personnel et partisan.
Je pense que tu es venu sur ce forum dans la seule intention d'en faire la promotion, je ne crois pas qu'un forum soit réellement fait pour cela.
Pour ma part, j'en reste là, poursuivre une discussion aussi stérile ne m'apporte rien.

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 27038
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jean GABARD le Ven 11 Nov 2011 - 11:15

Tibouc a écrit:
Jean Gabard a écrit:Je rappelle aussi que le féminisme est un libéralisme. Lorsque le libéralisme devient sauvage il n'est pas rare de le voir s'opposer à la démocratie et causer de graves problèmes sociaux...
Tss ! Tss ! C'est le libéralisme économique sauvage qui pose un problème de démocratie aujourd'hui.
Il ne faut pas le confondre avec le libéralisme politique.

Tu fais une confusion entre les termes.

Non pas de confusion ! Quand être libre devient faire tout ce que l'on a envie que ce soit en politique en économie ou dans la société, il y a toujours dérive

Jean GABARD
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 01/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jean GABARD le Ven 11 Nov 2011 - 11:30

Jipé a écrit:Gabard,
ce n'est pas en citant des noms de psys que cela amène à croire que ce que tu avances est exact. Mais bon, nos positions sont figées, je pense que ton livre n'est pas un travail sérieux, étayé et objectif, au vu de ce que tu dis, ce n'est qu'un étalement d'un sentiment personnel et partisan.
Je pense que tu es venu sur ce forum dans la seule intention d'en faire la promotion, je ne crois pas qu'un forum soit réellement fait pour cela.
Pour ma part, j'en reste là, poursuivre une discussion aussi stérile ne m'apporte rien.


je te signale que c'est toi qui voulait à tout prix des références et comme je te le disais je savais que le problème n'était pas là.
et c'est là où je dis qu'il y mauvaise foi

tu me trouves léger parce que je n'apporte pas de référence et quand je les apporte tu trouves que les références ne sont pas valables.
Ce sont des noms de psy effectivement chez qui j'ai trouvé les idées que tu n'acceptes pas.

Que tu n'acceptes pas "ce postulat" et que tu en préfère un autre, c'est tout à fait possible. Mais ne change pas chaque fois de sujet quand j'apporte des réponses à tes critiques. Effectivement on ne risque pas d'avancer si ton seul but, parce que tu n'es pas d'accord avec cette position, est de "descendre" celui qui pour toi devient un ennemi.

Je te signale que dans ce forum je fais exactement comme toi : je fais la promotion d'opinions. La seule différence est que ce ne sont pas les mêmes que les tiennes.

et la grande différence entre les tiennes et les miennes partent du fait que tu ne crois pas à la toute-puissance fantasmatique de la maman.
Et si Jean Gabard n'est pas sérieux comme Lacan, Françoise Dolto, Aldo Naouri, Gabrielle Rubin c'est très bien comme cela. Je l'accepte. Je ne me compare pas à eux mais sur la toute-puissance de la maman (que tu contestes) nous disons la même chose.

et ne parles pas de mon livre svp, tu ne l'as pas lu ...

Jean GABARD
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 01/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Bulle le Ven 11 Nov 2011 - 12:01

Jean GABARD a écrit:Si vous voulez bien arrêter de parler de ce que j'ai l'air de dire mais plutôt de ce que je dis ...
il est certain qu'en me faisant dire ce qui vous arrange, vous avez des réponses faciles.
Je vous rappelle que je ne condamne pas le féminisme mais que je dénonce des dérives dans le féminisme.
Ah mais on ne parle même pas de ce que tu as "l'air de dire" mais de ce que "tu écris" !
Et pour ma part j'attends toujours un élément prouvant que ce que tu écris est autre chose qu'une vue ton esprit, point de vue (partagé d'ailleurs) parfaitement absurde et à bien te relire tu devrais te rendre compte que tu en fais toi même la preuve en comparant des situations antérieures au gender studies avec la situation actuelle d'une part
Je rappelle aussi que le féminisme est un libéralisme. Lorsque le libéralisme devient sauvage il n'est pas rare de le voir s'opposer à la démocratie et causer de graves problèmes sociaux...
Même à ce niveau là Jean GABARD votre raisonnement ne me semble pas crédible : où le féminisme est-il un libéralisme ?

Rufo dit ( et il faudrait vraiment lire ce qu'il dit et ne pas lui faire dire ce que l'on souhaite) : "Je crois que toutes les filles – et surtout tous les garçons – cherchent quelque chose de glorieux chez lui. Quelque chose à admirer
Jean GABARD ajouteOn cherche quelque chose à admirer chez le père et on ne le trouve pas toujours alors que l'on est toujours fasciné par la maman quoi qu'elle fasse. L'une est toute-puissante, l'autre peut avoir ou non un pouvoir. Et un pouvoir est toujours limité
Et on a toujours besoin de trouver son père fort, peut-être parce qu'on aimerait bien qu'il limite la toute-puissance de la maman. La toute-puissance est fascinante mais aussi terrifiante
!
Ce que je remarque surtout c'est que, encore une fois, vous mélangez vos propos à ceux des autres et en l'occurrence ici ceux de Rufo !
Je vais donc corriger : Rufo dit
Code:
Je crois que toutes les filles – et surtout tous les garçons – cherchent quelque chose de glorieux chez lui. Quelque chose à admirer, quitte à vouloir ensuite l’affronter, le combattre, avant de le dépasser. Voyez mon père, j’aime dire aujourd’hui qu’il était le plus grand pêcheur du coin : il sortait par tous les temps avec son bateau, il poussait son charreton sur toutes les routes. Si vous saviez comme je le vois, en vous disant cela, mon père s’envolant dans les airs avec son charreton !
Je ne voudrais pas que tout à coup vos propos deviennent ceux de Rufo dans l'esprit des lecteurs...

"Le féminisme cause de tous les maux" c'est effectivement Bulle qui l'a dit, pas moi
Mais c'est bien toi qui l'affirme en quelques 135 pages et ici même et en utilisant des notions que tu es loin, très loin de maîtriser...

Et si Jean Gabard n'est pas sérieux comme Lacan, Françoise Dolto, Aldo Naouri, Gabrielle Rubin c'est très bien comme cela. Je l'accepte. Je ne me compare pas à eux mais sur la toute-puissance de la maman (que tu contestes) nous disons la même chose. et ne parles pas de mon livre svp, tu ne l'as pas lu ...
Quant à ton livre, désolée Jean GABARD, c'est toi qui est venu en parler. C'est toi qui prétend venir faire la démonstration du bien fondé de tes arguments. Alors assume...

Personnellement, compte tenu du peu de crédibilité de ta démonstration, et de ce que j'ai pu lire sur ton blog, je ne l'acheterai pas parce qu'avoir une idée est une chose mais encore faut-il qu'elle soit solidement fondée lorsqu'il est question d'analyser un problème de société ; du moins fondée sur des éléments concrets et crédibles.

Je ne vois vraiment pas plus l'intérêt à dépenser 16 euros pour cet essai, (à mon sens pure désinformation parfaitement réactionnaire) que pour la thèse d'Elisabeth Tessier...

_________________
Hello Invité !  Le le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Quizzv10 du 01 octobre 2019 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 44855
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jean GABARD le Ven 11 Nov 2011 - 17:28

Bulle dit : "où le féminisme est-il un libéralisme ?"

Le féminisme n'est-il pas aller dans le sens de la liberté ?
N'as tu jamais entendu parler de libération de la femme ?

Je n'ai jamais pensé tout maîtriser. Seule une personne dans le toute-puissance peut le penser. Je respecte par contre le vocabulaire et ne fait pas la confusion entre pouvoir et toute-puissance, entre liberté et toute-puissance, entre autorité et toute-puissance, entre égalité en droits et droits à l'égalité, entre envie d'admirer et être fasciné ...

Bulle dit "j'attends toujours un élément prouvant que ce que tu écris est autre chose qu'une vue ton esprit"


Je t'ai prouvé, puisque tu en avais besoin, que je me suis inspiré d'auteurs comme Lacan, Françoise Dolto, Aldo Naouri, Gabrielle Rubin ...
Si tu penses que mes idées ne reposent sur rien, il te faut admettre que les idées de ces auteurs ne reposent sur rien. Libre à toi !

FAUX ! Je n'ai jamais dit que le féminisme était responsable de tous les maux.
Je ne parle que des dérives du féminisme. Tous les féministes n'ont pas des idées qui dérivent mais il se trouvent que certains, et malheureusement ce sont eux qui l'emportent aujourd'hui, dérivent et leurs dérives ont des conséquences désastreuses.

J'ai fait un essai sur les dérives mais si personne ne l'avait fait avant, j'aurais aussi pu faire un essai sur ce que le féminisme a apporté (D'ailleurs c'est ce que je fais aussi dans mon essai).

Je ne te demande pas d'acheter mon essai mais simplement de te contenter de ne pas le critiquer dans la mesure où tu ne le connais pas et ne veut pas le connaître

N'appelle pas non plus réactionnaire les idées qui ne sont pas les tiennes ou alors cela veut dire que tes idées sont les seules valables.

ou alors apporte des preuves que mes idées proposent un retour en arrière. Et là tu risque d'avoir des difficultés sauf si tout ce peuvent présenter les personnes qui ont des idées différentes des tiennes est réactionnaire.

comme je l'ai dit il y a quelques jours il est inutile avec toi d'apporter des arguments puisque à priori celui qui ne pense pas comme toi a tort ...

Mais ce jugement est peut-être un peu facile
Il me rappelle un certain régime où tout opposant était considéré comme malade et envoyé au goulag



Jean GABARD
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 01/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Ling le Ven 11 Nov 2011 - 17:53

Seule une personne dans le toute-puissance peut le penser. Je respecte par contre le vocabulaire et ne fait pas la confusion entre pouvoir et toute-puissance, entre liberté et toute-puissance, entre autorité et toute-puissance, entre égalité en droits et droits à l'égalité, entre envie d'admirer et être fasciné ...

Je ne suis pas francophone et certaines nuances m'échappent ainsi en est-il des parties que je mis en gras.

Auriez-vous, s'il vous plait, la gentillesse de définir avec précision les propositions suivantes?


  • Egalité en droits
  • Droits à l'égalité

Je vous en remercie par avance,

Stirica


Dernière édition par Stirica le Ven 11 Nov 2011 - 18:38, édité 1 fois (Raison : Orthographe :()

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Anna le Ven 11 Nov 2011 - 17:59

S'il y a une différence entre les 2 expressions, elle est infime, à moins que je ne sois pas bien francophone non plus...
Anna
Anna
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2018
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : catholique
Humeur : tranquille
Date d'inscription : 03/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Bulle le Ven 11 Nov 2011 - 18:58

Jean GABARD a écrit:Bulle dit : "où le féminisme est-il un libéralisme ?"
Le féminisme n'est-il pas aller dans le sens de la liberté ?
N'as tu jamais entendu parler de libération de la femme ?
Mon pauvre Jean GABARD, je crois que tu viens de perdre le peu de crédibilité qui te restait, quant à l'objet de ta littérature !
Le féminisme est
Code:
Mouvement social qui a pour objet l'émancipation de la femme, l'extension de ses droits en vue d'égaliser son statut avec celui de l'homme, en particulier dans le domaine juridique, politique, économique
Il est donc question d'émancipation, pas de libération : on affranchit la femme de la tutelle sous laquelle elle se trouvait en lui donnant une égalité de droit.
Elle n'était ni esclave, ni prisonnière : simplement au 20ème siècle encore juridiquement "incapable". Comme un enfant en quelque sorte, or il ne viendrait jamais à l'idée de qui que ce soit de dire qu'un enfant est prisonnier, il est simplement considéré comme ayant besoin d'être encadré, protégé dans ses décisions.
Le féminisme est donc bien plus à voir avec l'humanisme qui "revendique pour chaque homme la possibilité d'épanouir librement son humanité, ses facultés proprement humaines".
Tu restes (et colportes) l'image péjorative des excès passés et tellement dépassés du mouvement que cela devient pitoyable...
Bulle dit "j'attends toujours un élément prouvant que ce que tu écris est autre chose qu'une vue ton esprit"
Je t'ai prouvé, puisque tu en avais besoin, que je me suis inspiré d'auteurs comme Lacan, Françoise Dolto, Aldo Naouri, Gabrielle Rubin ...
Si tu penses que mes idées ne reposent sur rien, il te faut admettre que les idées de ces auteurs ne reposent sur rien. Libre à toi !
Je ne parlais pas de cela je parlais de tes références sociologiques.
Au passage et puisque tu reviens sur les références que tu as citées, je voudrais préciser que lorsqu'il est question de toute puissance de la mère il est question - et c'est d'ailleurs ce qui est précisé dans le texte d'Evelyne Suillerot de fusion indispensable dans les premiers jours mais qui devient mortifère si elle perdure. Nous sommes donc tout à fait loin de la récupération abusive que tu en fais...
Je te conseillerai donc de lire attentivement l'un des livres que tu cites intitulé : "Les sources inconscientes de la misogynie", il me semble que cela pourrait t'être profitable.
FAUX ! Je n'ai jamais dit que le féminisme était responsable de tous les maux.
Je ne parle que des dérives du féminisme. Tous les féministes n'ont pas des idées qui dérivent mais il se trouve que certains, et malheureusement ce sont eux qui l'emportent aujourd'hui, dérivent et leurs dérives ont des conséquences désastreuses.
J'insiste donc à nouveau pour connaître les études sur lesquelles tu te fondes pour
1) montrer que l'impact des féministes extrémistes a une telle ampleur,
2) montrer que les conséquences désastreuses dont tu parles et que je nomme "tous les maux" ont bien pour cause ces soi-disant dérives extrémistes.
J'ai fait un essai sur les dérives mais si personne ne l'avait fait avant, j'aurais aussi pu faire un essai sur ce que le féminisme a apporté (D'ailleurs c'est ce que je fais aussi dans mon essai).
Tu aurais peut-être dû te poser la question de savoir pourquoi personne ne l'avait fait avant non ? rire
Je ne te demande pas d'acheter mon essai mais simplement de te contenter de ne pas le critiquer dans la mesure où tu ne le connais pas et ne veut pas le connaître
N'appelle pas non plus réactionnaire les idées qui ne sont pas les tiennes ou alors cela veut dire que tes idées sont les seules valables.
ou alors apporte des preuves que mes idées proposent un retour en arrière. Et là tu risques d'avoir des difficultés sauf si tout ce peuvent présenter les personnes qui ont des idées différentes des tiennes est réactionnaire.
Je ne critique pas ton essai puisque je ne l'ai pas lu. Je critique tes propos ici sur ce forum parce qu'ils n'ont aucun fondement.
Quant au mot réactionnaire : tu as parfaitement le droit d'être réactionnaire. Et j'ai parfaitement le droit de dire que tes propos ici le sont.
Personnellement affirmer comme tu le fais que le féminisme provoque tout ce que tu dis qu'il provoque : enfant-roi, échec scolaire, délinquance, risque de retour au fascisme, pour moi ce n'est pas réactionnaire, amha, c'est encore pire.
comme je l'ai dit il y a quelques jours il est inutile avec toi d'apporter des arguments puisque à priori celui qui ne pense pas comme toi a tort ...
Si encore on avait eu autre chose que des raisons capillotractées et défiant le bon sens, on aurait pu parler d'argumentation, mais hélas cela n'a jamais été le cas !
Mais ce jugement est peut-être un peu facile
Il me rappelle un certain régime où tout opposant était considéré comme malade et envoyé au goulag
Rooo tu vas nous faire pleurer Jean GABARD ! Pauvre victime ! Pauvre Calimero ..
Cela dit, je dois bien reconnaître que puisqu'il t'a fallu au moins 5 ans de boulot pour arriver à faire coller les lectures à tes affirmations, ton travail est bien mal récompensé...
Tu aurais dû écrire un roman sur le même thème au lieu d'un essai, au moins tu pouvais y mettre ce que tu voulais...

_________________
Hello Invité !  Le le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Quizzv10 du 01 octobre 2019 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 44855
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Invité le Ven 11 Nov 2011 - 21:02

Quelqu'un pourrait m'expliquer à cause de quoi naît la toute-puissance fantasmatique de la mère? Car j'ai l'impression de l'avoir complètement zappé dans mon enfance!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jean GABARD le Ven 11 Nov 2011 - 22:27

Stirica a écrit:
Seule une personne dans le toute-puissance peut le penser. Je respecte par contre le vocabulaire et ne fait pas la confusion entre pouvoir et toute-puissance, entre liberté et toute-puissance, entre autorité et toute-puissance, entre égalité en droits et droits à l'égalité, entre envie d'admirer et être fasciné ...

Je ne suis pas francophone et certaines nuances m'échappent ainsi en est-il des parties que je mis en gras.

Auriez-vous, s'il vous plait, la gentillesse de définir avec précision les propositions suivantes?


  • Egalité en droits
  • Droits à l'égalité

Je vous en remercie par avance,

Stirica

La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme dit :" Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits."
pourquoi aurait-on rajouté "en droits" si cela ne faisait pas de différence avec "égaux"
Egalité en droits veut dire qu'il doit y avoir égalité devant la loi, que les lois doivent être les mêmes pour tous.
C'est justement parce que l'égalité n'existe pas et qu'elle ne peut pas exister, qu'il doit y avoir égalité devant la loi. Pour que chaque différence soit respectée et ne subisse pas la loi de la jungle, celle du plus fort.
Comment pourrait-on avoir le droit à l'égalité, c'est à dire à quelque chose d'impossible ?
il n'est pas possible de demander l'égalité entre les hommes ni entre les hommes et les femmes mais il faut exiger que les hommes et les femmes aient tous les mêmes droits pour qu'il n'y ait pas domination de l'un sur l'autre.

Jean GABARD
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 01/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jipé le Ven 11 Nov 2011 - 22:29

marine2010 a écrit:Quelqu'un pourrait m'expliquer à cause de quoi naît la toute-puissance fantasmatique de la mère? Car j'ai l'impression de l'avoir complètement zappé dans mon enfance!
cette idée sort tout droit de l'imagination et de la mauvaise interprétation de Gabard...

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 27038
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Tibouc le Sam 12 Nov 2011 - 0:27

Que Jean Gabard est mal interprété, en soi ce n'est pas grave.
Le problème c'est que sa (mauvaise) théorie psychologique lui sert de base à des idées sexistes, homophobes, et liberticides.
Tibouc
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

le féminisme et ses dérives  : Genre dans le trouble - Page 6 Empty Re: le féminisme et ses dérives : Genre dans le trouble

Message par Jean GABARD le Sam 12 Nov 2011 - 0:30

Bulle dit : « je voudrais préciser que lorsqu'il est question de toute puissance de la mère il est question - et c'est d'ailleurs ce qui est précisé dans le texte d'Evelyne Suillerot de fusion indispensable dans les premiers jours mais qui devient mortifère si elle perdure. Nous sommes donc tout à fait loin de la récupération abusive que tu en fais... »

Je suis désolé Bulle mais ta volonté de « descendre l’adversaire » t’aveugle et tu n’arrives même plus à lire correctement.
La phrase que tu cites : « le but étant de briser la dyade, de faire sortir l’enfant d’une fusion indispensable dans les premiers jours mais qui devient mortifère si elle perdure. » n’est pas d’Evelyne Sullerot mais de l’auteur : Jean GABARD !

Ensuite je ne vois pas le rapport avec la toute-puissance fantasmatique de la maman !
Il s’agit dans cette phrase de Jean GABARD de la fonction du père qui consiste à séparer l’enfant de la maman. A faire sortir l’enfant de ce qu’il ressent comme une fusion entre sa maman (perçue toute-puissante) et lui, alors que l’enfant n’en a pas du tout envie et que la maman, même si elle peut le vouloir, en reçoit tellement de gratification qu’elle préfère attendre. Pourquoi gratification ? Parce qu’étant « toute » pour l’enfant elle est confortée dans son fantasme de toute-puissance alors que la séparation fait encore plus exister le père et diminue l’impression de toute-puissance de la mère. Et c’est bien pour cela que les femmes n’ont (naturellement) pas envie d’un homme qui joue la fonction de père. Heureusement, même si elles n’en ont pas envie, certaines le veulent encore.

Bulle dit : « Tu restes (et colportes) l'image péjorative des excès passés et tellement dépassés du mouvement que cela devient pitoyable... »

Je ne vois pas ce qu’il y a de péjoratif à dire que le féminisme est un libéralisme. Il me semble que c’est plutôt un compliment. Il n’y aurait d’ailleurs pour moi aucun problème si ce libéralisme ne devenait pas, chez certains féministes, « sauvage » !
Libéralisme : attitude de respect à l’égard de l’indépendance d’autrui

Est-ce que l’humanisme n’a pas été le premier mouvement d’idée à combattre l’autoritarisme de la société patriarcale ? N’est-il pas à l’origine des mouvements libéraux du XVIIIème siècle ? Et n’y a-t-il pas à la fin du XVIII et surtout au XIX siècles des libéraux qui vont pousser plus loin le libéralisme pour obtenir la démocratie politique pour les hommes puis le début d’une démocratie sociale ? l’attitude qui consiste à accorder le droit de vote pour les femmes, le droit d’avoir un carnet de chèque … n’est-elle pas une attitude de respect à l’égard de l’indépendance de la femme ?

Bulle dit : "J'insiste donc à nouveau pour connaître les études sur lesquelles tu te fondes pour
1) montrer que l'impact des féministes extrémistes a une telle ampleur,
2) montrer que les conséquences désastreuses dont tu parles et que je nomme "tous les maux" ont bien pour cause ces soi-disant dérives extrémistes."

Tu contestais « la toute-puissance fantasmatique de la femme ». Il te fallait des références pour en tenir compte. Je les ai données, tu ne lis pas la bonne ligne et tu continues de dire que ce sont des divagations.

Mon livre montre le lien entre les dérives féministes et des problèmes de société mais ce livre tu l’as dit est totalement inintéressant, alors pourquoi me demander d’en parler alors que tu me dis, avant de l’avoir lu, que c’est inintéressant.
Il est certain qu’avec l’idéologie dominante actuelle tu trouveras beaucoup plus d’études qui cherchent à prouver que tous les maux de la terre ont pour cause la domination masculine de la même façon que dans les années 1960 tous les maux de l’URSS venaient des impérialistes ( pour les soviétiques) et que tous les maux des pays capitalistes venaient du communisme (pour les capitalistes). Aujourd’hui on appelle ceci de la propagande !

N’y a-t-il pas un rapport entre « enfants-rois » et manque d’autorité ? N’y a-t-il pas un rapport entre manque d’autorité et absence de fonction du père (et de mère) ? N’y a-t-il pas un rapport entre cette absence et une idéologie qui, parce qu’elle veut l’égalité totale, refuse qu’il y ait un homme pour jouer la fonction de père et une femme pour jouer la fonction de mère ?
Et ceci je l’explique dans « Le féminisme et ses dérives – Rendre un père à l’enfant-roi ». Je l’ai aussi expliqué dans ce forum, certes trop rapidement (comment pourrait-il en être autrement), mais je ne demande qu’à répondre aux questions qui n’ont pas déjà les réponses.


Jean GABARD
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 01/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 21 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum